Margiela, les années Hermès

du 22 mars au 2 septembre 2018

Le Musée des Arts Décoratifs accueille l’exposition « Margiela, les années Hermès » conçue et présentée en 2017 par le MoMu (Musée de la Mode d’Anvers) en collaboration avec Martin Margiela. Ce projet inédit met en lumière la collaboration aussi surprenante que féconde entre la maison Hermès et le créateur belge de 1997 à 2003.

Cet hommage à Martin Margiela est l’occasion de montrer pour la première fois en France les collections de prêt-à-porter féminin qu’il a dessinées pour la célèbre maison parisienne en regard de ses propres créations sous sa marque éponyme. Entre déconstruction novatrice et luxe intemporel, 98 silhouettes accessoirisées, dialoguent entre elles afin d’appréhender et de donner à voir la démarche si particulière de Martin Margiela. Ces deux univers propres au créateur de mode, constituent ainsi le point de départ de l’exposition « Margiela, les années Hermès » dont la direction artistique est assurée par Martin Margiela lui-même.

Pratique

Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Tél. : +33 (0)1 44 55 57 50
Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries
Autobus : 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81, 95

• Plan d’accès
• Horaires et tarifs


Hashtag : #Margiela_MAD

Téléchargez le dépliant de l’exposition « Margiela, les années Hermès »
PDF - 821.6 ko
Télécharger
Téléchargez l’invitation à la visite de l’exposition « Margiela, les années Hermès »
PDF - 2.9 Mo
Télécharger

L’exposition « Margiela les années Hermès » s’inscrit dans le cadre de la "Saison Margiela 2018 à Paris" avec la rétrospective "Margiela/Galliera, 1989-2009" (3 mars-15 juillet 2018) au Palais Galliera.


Offre tarifaire privilégiée du 22 mars au 15 juillet : obtention d’un tarif réduit sur présentation du billet plein tarif du Palais Galliera et réciproquement.

Commissaire
• Marie-Sophie CARRON DE LA CARRIÈRE, Conservatrice en chef du patrimoine

Direction artistique
• Martin MARGIELA

Scénographie
• Bob VERHELST

Exposition conçue et présentée par le musée de la mode d’Anvers (MoMu) du 31/03 au 27/08/2017.
Commissaire : Kaat Debo, directrice


L’ensemble des collections Mode et Textile du Musée des Arts Décoratifs bénéficie du soutien du DEFI.


Présentation

Considéré comme l’un des créateurs les plus atypiques et mystérieux de sa génération, Martin Margiela fait partie des rares stylistes à avoir radicalement bousculé et renouvelé l’univers de la mode. Après avoir fondé sa propre marque sous l’appellation Maison Martin Margiela, en 1988, il décide, dès ses débuts, de faire de l’anonymat l’une de ses caractéristiques essentielles refusant de faire apparaître son nom sur ses créations dont l’étiquette blanche cousue par 4 points devint le signe de reconnaissance. Le fameux « blanc de Meudon » est choisi comme signature pour ses défilés et pour les tenues du personnel vêtu d’une même blouse immaculée. Dès lors, Martin Margiela développe un travail à contre-courant d’une époque de logomania et de standardisation, qui s’esquisse alors déjà à grande échelle. Il surprend avec ses coupes construites-déconstruites, ses volumes oversize, ses matières recyclées ou encore ses tissus monochromes qui soulignent l’aspect artisanal de ses créations.

Hermès, Automne / Hiver 1998-1999
Photo : Studio des Fleurs

Lorsqu’en octobre 1997, Jean-Louis Dumas, alors président et directeur artistique d’Hermès, demande à Martin Margiela de dessiner les collections de prêt-à-porter femme, ce dernier est déjà considéré depuis près d’une décennie comme l’une des figures avant-gardistes les plus influentes. Cependant, il s’agit alors d’un choix audacieux, en rupture avec les tendances de l’univers de la mode, plus enclin à engager des stylistes « stars ». La maison Hermès crée donc la surprise en faisant appel à ce créateur iconoclaste dont personne ou presque ne connaît même le visage. Il n’a d’ailleurs jamais accordé le moindre entretien.

De 1997 à 2003, accompagné par l’expertise du studio et des ateliers de la maison Hermès dont il partage les valeurs, Martin Margiela instille, à travers douze collections consécutives, une vision cohérente et profonde d’un luxe contemporain. Confort, intemporalité, sensualité, authenticité sont les maîtres mots définissant sa vision de la femme Hermès associée à un style épuré. La nouvelle palette de couleurs sobres et monochromes qu’il impose s’éloigne de l’univers coloré des imprimés Hermès et suscite l’étonnement auprès de la presse.

Dès l’entrée de l’exposition, le visiteur découvre deux styles distincts qui amorcent un dialogue passionnant entre les vêtements que Margiela a créés pour Hermès et ceux qu’il a réalisés pour sa propre Maison. L’ensemble se déroule dans une succession de séquences thématiques de plus de 100 silhouettes, de photographies et de vidéos selon un parcours où se répondent l’orange de la maison Hermès et le blanc de la Maison Martin Margiela.

Maison Martin Margiela, Printemps / Été 2009
Photo : Etienne Tordoir

Ainsi le visiteur appréhende un processus créatif qui navigue sans confusion entre les deux maisons et chacun de leurs codes. Des vidéos récentes mettent en scène aujourd’hui des femmes qui ont défilé pour lui il y a une vingtaine d’années. C’est la première fois que le Musée des Arts Décoratifs s’intéresse à un fait majeur de l’histoire de la mode, quand un créateur se dédouble entre sa collaboration pour d’autres Maisons et la sienne.

Conceptuel, subversif, Martin Margiela a totalement remis en cause le système de la mode à la fin des années 1980 et ses créations laissent encore de nos jours leur empreinte dans l’univers de la mode contemporaine. Une silhouette avant-gardiste basée sur la déconstruction, le recyclage et la récupération des matières. Il introduit chez Hermès une épure de la coupe et des couleurs s’appuyant sur les matières d’exception du sellier parisien et intégrant de nombreuses innovations. L’exposition au Musée des Arts Décoratifs rend hommage à cette figure incontournable de la mode.

Exposition « Margiela, les années Hermès » jusqu’au 2 septembre 2018
Préface du catalogue
Par Olivier Gabet
Maison Martin Margiela, Printemps / Été 1997
Photo : Stany Dederen

À l’heure où nombre de musées s’interrogent sur la manière de réinventer les expositions de mode, il paraît plus que jamais pertinent de s’intéresser à ceux qui ont réinventé la mode tout court. Leurs noms scandent l’histoire moderne et contemporaine. Chaque domaine a sa généalogie arborée, et celle de la mode réserve, dans le foisonnement de ses feuillages, des branchages plus pérennes que d’autres. Depuis la fin des années 1980, Martin Margiela fait sans nul doute partie de ces derniers : en plus de deux décennies, il aura marqué les esprits. Pour un créateur rare et discret, le fait qu’au printemps de cette année 2018 deux institutions parisiennes, le palais Galliera et le Musée des Arts Décoratifs, lui consacrent chacune une exposition majeure, dit beaucoup de l’enthousiasme suscité par son travail depuis 1988.

Hermès, Automne / Hiver 2001-2002
Photo : Ralph Mecke

En visitant en mars dernier l’exposition « Margiela, les années Hermès », conçue et organisée par le Musée de la mode d’Anvers (MoMu), l’idée s’est vite imposée de présenter ce projet au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Dans un musée comme le nôtre, l’œuvre de Martin Margiela pour elle-même et son travail de directeur artistique pour les collections femme de la maison Hermès de 1997 à 2003 prennent tout leur sens : le « sens de l’objet », celui des formes, des métiers, des matières, des techniques.

C’est une proposition différente de celle présentée à Anvers, mais dans le même esprit, que Martin Margiela lui-même a retravaillée à l’occasion de cette étape parisienne. Je tiens à le remercier très chaleureusement pour son implication dans la mise en oeuvre de ce projet. À ses côtés, Bob Verhelst a mis un sens du détail sans égal à proposer une traduction pertinente du projet anversois, en dialogue avec Marie-Sophie Carron de la Carrière, conservateur en chef au Musée des Arts Décoratifs, qui connaît Martin de longue date et qui, très tôt, a constitué une grande part de la collection Margiela conservée au palais Galliera. (...)

Maison Martin Margiela, Automne / Hiver 1991-1992
Photo : Marina Faust

Une exposition se pense pour les publics qui viendront l’admirer autant que pour les spécialistes qui savent chaque nuance. Ici, la magie respective de deux univers joue du dialogue continu entre le blanc Margiela, celui de l’étiquette cousue de quatre points, et l’orange Hermès, couleur unique devenue légendaire. Au cœur des concepts clés d’identité et d’unité, l’exposition invite le visiteur à associer par le regard ce qui fait l’essence d’un créateur comme Margiela, la tradition ancestrale de la maison Hermès et le fruit inattendu de ces deux mondes, un singulier pluriel.

Conversation

Olivier Gabet, directeur du Musée des Arts Décoratifs et Marie-Sophie Carron de la Carrière, commissaire de l’exposition

À Paris, le 14 février 2018.

Maison Martin Margiela, Printemps / Été 1997
Photo : Stany Dederen

Olivier Gabet : Ma chère Marie-Sophie, quels sont tes liens avec Martin Margiela, comment l’as-tu connu, dans quel contexte, que peux-tu nous dire de cette première rencontre avec lui il y a quelques années ?

Marie-Sophie Carron de la Carrière : Cette rencontre a été déterminante, pour moi. C’est grâce à Martin Margiela que je suis devenue la conservatrice de mode d’aujourd’hui. Il a vraiment eu pour moi un rôle formateur ; il a éclairé ma voie. En octobre 1987, j’étais nommée au musée de la mode au Palais Galliera. Il n’avait rien à voir avec celui que l’on connaît aujourd’hui. C’était un petit musée quelque peu négligé par la Ville de Paris.

OG : C’était plutôt un musée du costume.

M-S : Oui, il s’agissait d’un musée spécialisé dans le costume historique et la couture, où la mode contemporaine, celle du prêt-à-porter, n’était pas représentée. Guillaume Garnier, son directeur, passionné du costume, a détecté mon intérêt pour la modernité et m’a confié la responsabilité d’ouvrir un département de création contemporaine, afin que la mode d’aujourd’hui entre au musée. C’était une grande première.

OG : C’était une décision assez originale de la part de Guillaume Garnier, qui avait un profil très particulier.

M-S : Guillaume Garnier était un conservateur, chartiste de formation. Très érudit, il était à la fois passionné par l’histoire du costume et par l’actualité de la mode. Il menait son activité de directeur avec très peu de moyens. Au musée régnait la figure de Madeleine Delpierre, qui dirigeait la société des amis du costume. Elle était un peu l’équivalent d’Yvonne Deslandres à l’UFAC (Union française des arts du costume).

OG : Comment se passe la rencontre avec Martin Margiela ?

Maison Martin Margiela, Printemps / Été 1997
Photo : Stany Dederen

M-S : En octobre 1988, Martin Margiela organise son premier défilé au Café de la Gare. Le nom de ce créateur émergent circulait parmi les professionnels du secteur. J’ai eu alors la conviction qu’il serait le partenaire idéal de cette aventure muséale à élaborer. De notre première rencontre la même année, j’ai le souvenir de sa détermination infaillible, de son intégrité exceptionnelle et de son intérêt bienveillant pour le musée. Il trouvait son inspiration aux puces, à la recherche de vêtements anciens, qu’il transformait de manière radicale. Il faisait donc le lien entre le costume et la création contemporaine. Etant de sa génération, je partageais sa vision.

OG : Est-ce que Margiela était déjà la personnalité mystérieuse qu’il a construite avec le temps ? Ou avait-il déjà à l’époque cette aura dans un monde très singulier ?

M-S : Son nom incarnait déjà une forme de rupture esthétique, mais qu’il ne revendiquait pas comme telle. Son audace pouvait entraîner des malentendus. Le milieu de la mode prenait parti, soit en reconnaissant son génie, soit en le décriant.

OG : Il y avait de vrais débats, des vraies disputes même.

M-S : Pour qu’il y ait débat, il faut qu’il y ait une certaine forme de sérénité. J’ai le souvenir de parti-pris très tranchés, de discussions animées d’où pouvait se dégager une certaine violence. A mes yeux, c’était la preuve que la mode était bien vivante.

OG : Dans le contexte du musée Galliera, comment cette rencontre va s’incarner, se matérialiser de 1988 à 1993 ?

M-S : Pour constituer la collection de ce département contemporain, il me fallait faire des choix. J’avais la certitude que Martin Margiela était un créateur d’avant-garde en plein développement. L’intérêt de Martin Margiela pour le musée Galliera permettait cette collaboration fructueuse, qui était en même temps un pari sur l’avenir. Nous avons mis au point un principe d’acquisition qui permettait de faire entrer chaque saison deux silhouettes complètes dans les collections du musée : l’une achetée à l’entreprise et l’autre donnée par la Maison Martin Margiela. Ces acquisitions proposées par Margiela étaient accompagnées d’un corpus documentaire très complet de ses collections rédigé par le créateur lui-même.

Maison Martin Margiela, Automne / Hiver 1997-1998
Photo : Marina Faust

OG : À chaque saison, deux modèles complets entrent au musée, soit quatre par an. Comment as-tu pu convaincre le musée d’accepter ces pièces ?

M-S : Ma chance était qu’il n’y avait pas de comité d’acquisition. J’étais donc la seule responsable de cette mission. Je le faisais avec l’éthique du conservateur de musée que j’étais, au service de l’institution. La réception de son travail au musée était loin d’être évidente. Par exemple, le fait qu’un vêtement soit coupé à vif, ou présente des détails non finis, pouvait choquer mes collègues. À l’occasion de l’exposition que j’ai conçue et organisée en 1991, « Le monde selon ses créateurs », à laquelle Margiela participait, j’ai conduit également un travail pédagogique nécessaire au sein du musée.

OG : Ce rapport au sens de la contemporanéité est intéressant. Ce qui paraît totalement évident trente ans plus tard, est un monde en soi trente ans plus tôt. C’est un aspect primordial pour comprendre le travail de Margiela, et le propos de l’exposition Margiela, les années Hermès, qui questionne l’unité dans ce qui pourrait être perçu comme dissemblable, distendu, ou distant tout simplement. Est-ce que Martin participait aux choix ?

M-S : Oui, il le faisait à chaque saison. Une relation de confiance s’est établie au cours de ce travail. Ce pari sur l’avenir que je faisais était évidemment risqué. Cela donnait encore plus d’intérêt à ma mission. Les pièces qui entraient au musée prenaient le statut d’œuvres inaliénables. Trente ans après la constitution de ces collections, le musée Galliera peut organiser la rétrospective Martin Margiela.

Hermès, Automne / Hiver 2000-2001
Photo : Stany Dederen

OG : Comment définis-tu le travail de Martin et ce qu’il représente à tes yeux par rapport à la mode contemporaine ?

M-S : La question fondamentale de son travail est celle de la déconstruction. De manière très pensée, il analyse le vêtement, le démonte, le met à nu puis le recompose jusqu’à ce qu’il devienne un objet de création chargé de sens. Il procède selon la même méthode chez Hermès. On pouvait se demander si son passage chez Hermès n’aurait pas embaumé et figé son travail. En réalité, cela lui a permis de trouver une forme d’épanouissement au profit d’une autre définition de la beauté.

OG : Et qui fait sens dans un musée, qui est là pour montrer que la beauté a plusieurs expressions et beaucoup d’aspects.

M-S : Pour sa marque, il s’agit d’une beauté qui s’apprivoise et se révèle dans des déchets de la société de consommation. Une des principales composantes de son travail est le recyclage et la transformation d’objets abandonnés. Cela peut aller du costume de théâtre élimé à l’affiche déchirée, en passant par le sac en plastique imprimé de supermarché.

OG : On voit bien que Margiela est un créateur très riche, et qu’il pourrait y avoir mille façons de l’aborder. D’ailleurs, c’est le cas de sa rétrospective au Palais Galliera en parallèle de l’exposition au Musée des Arts Décoratifs. On sait que c’est une exposition qui a été présentée une première fois à Anvers, qui a été adaptée pour Paris. Le musée est différent, l’histoire de l’institution est différente, c’est un musée qui n’est pas qu’un musée avec des collections de mode, c’est un musée des arts décoratifs, du design, de l’objet, du graphisme. Cette singularité, comment s’incarne-t-elle dans le propos de l’exposition ? Pourrais-tu, en tant que commissaire, présenter l’exposition dans ses grandes lignes, ce qui fait, de ton point de vue, son originalité et son intérêt pour le public aujourd’hui ?

  • Hermès, Automne / Hiver 1999-2000
    Photos : Stany Dederen
  • Maison Martin Margiela, Printemps / Été 1996
    Photos : Stany Dederen

M-S : L’originalité réside dans le concept même de ce projet, mis au point par Martin Margiela. C’est un dialogue esthétique entre sa création pour Maison Martin Margiela et ses productions pour Hermès. L’objectif est que le visiteur perçoive au long du parcours comment ces deux univers très distincts se sont croisés, enrichis et fertilisés. Margiela a toujours eu une vision globale de la mode. Elle s’applique non seulement au vêtement et aux accessoires, mais aussi au défilé, au packaging, à la boutique et à la communication. Cette conception est stimulée lors de ses « années Hermès » où une « carte blanche » lui a été donnée par Jean-Louis Dumas. Dans l’exposition, les signes d’identité des deux maisons sont mis en valeur, par exemple la couleur, orange chez Hermès et blanche chez Margiela, ou bien la typographie de la signature Hermès et l’étiquette vierge de Margiela. En plusieurs séquences, l’exposition présente le dialogue et la circulation des motifs stylistiques entre les deux maisons chargées d’histoires différentes, toutes les deux très singulières.

OG : Et cette décision de Jean-Louis Dumas à l’époque, comment fût-elle appréhendée ?

M-S : Cette nomination a suscité un effet de surprise, que Jean-Louis Dumas voulait probablement. En effet, Martin Margiela n’est pas une personnalité qui laisse indifférent. Ce fut a priori un mariage des contraires, et donc une union heureuse.

OG : Comment cela s’exprime dans le parcours de l’exposition ? Comment a-t-il été pensé avec Martin ?

M-S : Une qualité exceptionnelle m’avait beaucoup frappée aux débuts de Martin Margiela, c’était son appréhension de l’espace, celui du showroom et celui du défilé. De fait, l’organisation de l’espace de l’exposition peut être comparée à celle d’un défilé. Ainsi, le parcours coloré et rythmé permet au visiteur de s’immerger simultanément dans l’univers d’Hermès et dans celui de la Maison Martin Margiela. L’un et l’autre sont conçues comme des zones de dialogue entre ces maisons et de mise en contexte des silhouettes représentées.

OG : Comment peut-on caractériser le lien entre son travail pour sa propre maison et son travail pour la Maison Hermès ? C’est une question que se pose souvent le grand public : Comment un même créateur est en mesure, avec une incroyable dextérité intellectuelle et visuelle, de passer de l’un à l’autre tout en restant lui-même ? Comment caractériserais-tu les deux aspects du diptyque que cela représente ?

Hermès, Automne / Hiver 2002-2003
Photo : Marina Faust

M-S : Paradoxalement, j’ai l’impression que Martin Margiela a la même démarche expérimentale pour sa griffe et pour celle d’Hermès. On pourrait penser qu’il réserve l’expérimentation uniquement pour sa marque. Il procède également de la même manière pour Hermès.

OG : Et la question des défilés, qu’en est-il ? Est-ce que Martin Margiela crée un distinguo entre la façon dont il présentait ses collections dans sa propre maison et ce qu’il faisait pour Hermès ? Est-ce qu’il respectait un certain code ?

M-S : Organisés dans des lieux insolites comme un terrain vague ou une station de métro, les défilés de la Maison Martin Margiela dégageaient une énergie vitale et festive qui marquait les invités. Il y avait une réelle proximité entre les mannequins et le public. Le charme opérait immédiatement. Il y avait un vent de liberté qui était enivrant, voire une forme de naïveté, d’insouciance.

OG : Au sens très joli du terme, de fraîcheur.

M-S : Et, il nous obligeait aussi à réfléchir sur le vêtement et la création. Pour Hermès, il organise les présentations des collections dans le cadre intime du magasin historique, rue du faubourg Saint Honoré. Les invités assis sur un seul rang ont une très bonne visibilité des mannequins et des vêtements.

OG : Qu’est-ce que tu dirais du regard de Martin sur cette partie de sa vie et de son travail, et sur le fait de l’incarner dans une exposition dans un musée à Paris aujourd’hui ?

M-S : Le paradoxe de ce créateur mystérieux, qui refuse d’apparaître dans les médias, est qu’il fait aujourd’hui l’objet de deux expositions simultanées dans deux institutions parisiennes. C’est une situation inédite. Alors que Margiela est retiré de la mode depuis dix ans, il éprouve peut-être la nécessité d’exposer son travail et de dire : « Voilà ce que j’ai fait ! ». La dernière salle de l’exposition porte le titre "The End". Martin Margiela désire qu’elle soit perçue comme une fin joyeuse car ouverte sur d’autres promesses.

OG : Jusqu’à maîtriser la fin.

Activités proposées autour de l’exposition

Activités pour le public adulte

VISITES GUIDÉES

Visite guidée : Martin Margiela, les années Hermès

Avec en filigrane toute l’épopée de Martin Margiela depuis la création de sa griffe, le conférencier explore avec vous ces lignes épurées d’une collaboration significative dans sa carrière.

Jeudi 28 juin 2018 de 19:00 à 20:30 Réserver
Samedi 7 juillet 2018 de 15:30 à 17:00 Réserver
Jeudi 19 juillet 2018 de 19:00 à 20:30 Réserver
Jeudi 30 août 2018 de 19:00 à 20:30 Réserver

ATELIER

Pas de dates prochainement

Activités pour les 18-25 ans

Pas de dates prochainement

Activités pour jeunes et en famille

ATELIERS/STAGES
La visite est suivie d’une application pratique destinée à mieux faire comprendre les gestes, les matériaux et les lignes des arts décoratifs, de la mode ou de la publicité. L’atelier est animé par un conférencier des Arts Décoratifs ou un professionnel invité, créateur, designer, styliste, graphiste.

Tarif : 12 € / personne
Durée : 2h
15 personnes max.
Réservation obligatoire au 01 44 55 59 25/59 75 ou par courriel : jeune@madparis.fr

Atelier 7-10 ans : Jeux de matières

Les matières qu’elles soient textiles ou recyclées sont à collecter et composer pour réaliser une silhouette de mode dans la palette des recherches du couturier Martin Margiela pour la Maison Hermès.

Lundi 9 juillet 2018 de 10:30 à 12:30 Réserver
Lundi 16 juillet 2018 de 14:30 à 16:30 Réserver
Vendredi 20 juillet 2018 de 10:30 à 12:30 Réserver
Lundi 27 août 2018 de 10:30 à 12:30 Réserver

Atelier 11-15 ans : Jeux de matières

Les matières qu’elles soient textiles ou recyclées sont à collecter et composer pour réaliser une silhouette de mode dans la palette des recherches du couturier Martin Margiela pour la Maison Hermès.

Lundi 25 juin 2018 de 14:30 à 16:30 Réserver
Vendredi 29 juin 2018 de 14:30 à 16:30 Réserver

Stage 11-15 ans : Atelier de la mode Margiela pour Hermès (5 séances)

À la croisée des chemins du couturier Martin Margiela et de la Maison Hermès, l’atelier propose la confection d’un accessoire de mode, à la fois poche et ceinture à porter en toute saison ! Avec Michèle Obriot, créatrice textile. Du lundi au vendredi.

Lundi 25 juin 2018 de 10:30 à 13:00 Réserver

Activités pour les groupes

VISITES GUIDÉES
Tous les groupes souhaitant effectuer une visite guidée ou une visite libre doivent effectuer une réservation préalable.
Des visites guidées (1h30) peuvent être programmées en français, anglais ou allemand, à la demande des groupes, avec un(e) conférencier(e) spécialisé(e) du musée.
Des visites guidées spécialement adaptées sont proposées au public déficient visuel.

Coût d’une visite guidée en français 120 € / groupe de 25 personnes maximum + entrée TR à l’exposition
Coût d’une visite guidée en langue étrangère 125 € / groupe de 25 personnes maximum + entrée TR à l’exposition

Les écoles professionnelles bénéficient de tarifs spécifiques, sur réservation uniquement :

Visite guidée (1h) en français 80 € / groupe de 25 personnes maximum (visite et entrées incluses)
Visite guidée (1h) en langue étrangère 88 € / groupe de 25 personnes maximum (visite et entrées incluses)
Tarif de visite libre (sans visite) 30 € / groupe de 25 personnes maximum

VISITES LIBRES
La réservation des visites libres en groupe (sans conférencier du MAD) s’effectue désormais uniquement en ligne : cliquez ici.

Après règlement de votre commande, vous obtiendrez une autorisation de visite à présenter (et ajuster si besoin) en caisse lors de votre venue.

Le catalogue

Mars 1998 : « Un mariage contre nature. Un créateur déjanté lâché dans une maison bien sous tous rapports. […] Martin Margiela chez Hermès. D’un côté, un créateur hautement cérébral, qui n’hésite pas à faire porter par ses mannequins des fragments de vêtements volontairement non terminés. Et, de l’autre, un sellier centenaire chez qui il y a de la rombière dans l’air » (Sibylle Vincendon, Libération).

En effet, quand, en 1997, le jeune styliste flamand est appelé par Jean-Louis Dumas, président d’Hermès, pour assurer la direction artistique des collections de prêt-à-porter, il est déjà un concepteur d’avant-garde influent : diplômé de la section mode de l’Académie royale des Beaux-Arts d’Anvers, il a été l’assistant de Jean Paul Gaultier dès 1984. Et dans la foulée de son premier défilé (1988), il a fondé la Maison Martin Margiela.

D’où vient donc la force d’une telle association qui s’achèvera en 2003 ?

On sait que la maison Hermès n’est familière ni des coups de tête ni de la complaisance médiatique. De son côté, Margiela possède sa propre maison et, comme Hermès, il préfère aux images les vertus du secret, en refusant photos et interviews. Mais avant tout, comme Hermès, il cultive une approche épurée de l’habit, prête la plus grande attention aux matières, y compris nouvelles et recyclées ; il a le goût pour l’innovation et sait ce que l’atelier exige de patience et de minutie.

Aussi, au fil de douze collections audacieuses, propose-t-il de véritables chefs-d’œuvre de technicité, de clarté et de modernité. Cet ouvrage rend hommage, par l’image, le témoignage et l’analyse, à cette courte mais très riche « période » Hermès, et se propose d’éclairer les interactions entre l’un des designers phares de ce début de siècle et la célèbre maison parisienne au patrimoine ancestral.

Ouvrage collectif
280 pages
Éditions Actes Sud
52 €

> Pour en savoir plus et commander cet ouvrage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.