« Che Guevara »

Roman Cieslewicz, « Che » Si, Éditions Georges Fall, 1967
Affiche, sérigraphie
© Adagp, Paris 2018 Photo : Paris, MAD Jean Tholance

À l’instar de Mona Lisa, Che Guevara est devenu une figure emblématique du panthéon de la mythologie populaire. Comme la Joconde, son portrait – par le photographe cubain Alberto Korda, pris lors d’un meeting à La Havane en 1960 – a été décliné sur toutes sortes de produits dérivés jusqu’à parfois ne devenir plus qu’une image désincarnée.

À la mort du Che, en 1967, l’éditeur italien Feltrinelli reprend la photographie de Korda et lui applique un traitement photographique au trait pour en tirer un poster best-seller.

La figure du révolutionnaire assassiné par l’armée bolivienne devient alors une image quasiment christique.

La même année, Roman Cieslewicz entame une collaboration avec une nouvelle revue d’art, Opus international. Pour la couverture du numéro 3, consacré aux arts visuels de la révolution cubaine, il reprend le portrait photographique de Korda, le traite au trait et ajoute des couleurs franches : rose et rouge. Au milieu du visage, une phrase qui sonne comme un slogan révolutionnaire : « Che si. »

Le sémiologue Pierre Fresnault-Deruelle écrivit au sujet de l’image de Cieslewicz : « Étonnante opération sémiotique par laquelle le regard absent de l’homme vient commuter avec le nom du révolutionnaire. En cet échange symbolique, la cécité du personnage (les lettres forment un bandeau) est comme transcendée par une voyance supérieure, qui ferait paradoxalement de Guevara un Vigile. » [...]

« Hygiène de la vision »

[...] À partir de 1991, Cieslewicz tient un journal de bord graphique où il réagit à l’actualité. Ces images sont des coups de gueule contre l’apartheid, la montée de l’extrême droite en France ou la reprise des essais nucléaires. Certaines sont uniquement typographiques, d’autres utilisent des images puisées dans ses archives.

Roman Cieslewicz, Droits de l’homme et du citoyen. The rights of man and the citizen, 1989
Affiche, offset
© Adagp, Paris 2018 Photo : Paris, MAD Jean Tholance

Plusieurs d’entre elles seront réemployées dans les numéros 2 et 3 de Kamikaze. Quelques-unes sont à l’origine de commandes. 14-94 Bon anniversaire et bonne année est un projet non présenté pour un concours d’affiche sur le thème de Sarajevo Urgence, organisé par le Syndicat national des graphistes à l’initiative du comité « Sarajevo, capitale culturelle de l’Europe ».

Ça va pas et 1er Mais ont été publiées dans le magazine Révolution, mensuel culturel et politique du Parti communiste français. La volonté de Cieslewicz de réagir quotidiennement à l’actualité le conduit à travailler davantage avec la presse. La rapidité de conception qu’exige la presse correspond parfaitement à sa recherche d’une écriture de plus en plus directe.

« Mona Lisa »

Icône de la peinture classique, « la » Mona Lisa peinte par Léonard de Vinci s’est transformée, au cours du XXe siècle, en une figure emblématique de la mythologie moderne, déclinée à outrance, aux côtés de Che Guevara, de Superman ou d’une bouteille de Pepsi-Cola, en même temps qu’elle est devenue un objet de masse. On est allé jusqu’à inventer plusieurs termes pour décrire ce phénomène : jocondophilie, jocondomanie, jocondolâtrie ou encore jocondoplastie… Roman Cieslewicz avait réuni dans deux boîtes toute la polysémie de ces termes.

Roman Cieslewicz, Mona Lisa, Opus, Éditions Georges Fall 1968
Affiche, sérigraphie
© Adagp, Paris 2018 Photo : Paris, MAD Cyrille Bernard

Reproduite à l’infini sur des objets dérivés, détournée et parodiée par des artistes – dont le premier est Marcel Duchamp, en 1919, avec sa célèbre L.H.O.O.Q. –, elle passe sous les mains de Salvador Dalí, Fernand Léger, Andy Warhol et enfin sous les ciseaux de Cieslewicz qui ne cesse de lui faire subir des transformations physiques répondant aux différentes séries qui ponctuent son travail : elle est pop art sur la couverture du numéro 5 d’Opus international en 1968, son visage s’allonge en séquences successives en diagonale et à l’horizontale à l’époque de la série des collages répétitifs, elle est travestie avant de devenir cyclope en 1973, pour enfin devenir Mona Tsé Tung en 1977.

À propos de cette dernière, Henryk Tomaszewski écrivait à Cieslewicz dans une lettre datée du 10 mai 1980 : « Belle n’est pas l’adjectif pour définir ta Mona Lisa. Pour moi elle est plutôt attirante et véritablement pertinente. Elle a su caractériser le ton géopolitique de notre époque, démasquer cette atmosphère hypocrite. »

« Zoom »

En 1971, à la demande du magazine Zoom qui a confié à l’agence Mafia le soin de concevoir l’annonce presse pour son lancement, Roman Cieslewicz crée deux versions différentes d’un cyclope moderne accompagné de la phrase « Zoom contre la pollution de l’œil ». Tel un chirurgien de l’image, il découpe dans le sens de la longueur des portraits photographiques en noir et blanc, qu’il rassemble ensuite en cherchant à déranger l’ordonnance par une symétrie, créant ainsi des êtres hybrides.

Avec cette image de cyclope, Cieslewicz cherche à interloquer. Il obéit ainsi à ce qu’il considère comme l’une des premières missions des graphistes : « Ils doivent intriguer […] parce qu’ils ont à faire à des passants, à des yeux qui passent, à des esprits saturés d’informations, blasés, […] à des pensées indisponibles, déjà occupées, préoccupées, notamment à communiquer, et vite. »

Pologne

Roman Cieslewicz est né le 13 janvier 1930 à Lwów, en Pologne. Après la guerre et suite aux accords de Yalta, qui voient l’obtention par Staline de l’annexion des trois provinces polonaises qui délimitent la frontière avec la Russie, la famille Cieslewicz s’exile à Opole, et Roman travaille comme dessinateur industriel dans une usine de ciment à Groszowice. [...]

Roman Cieslewicz, A.Czechow, Płatonow, Varsovie, théâtre dramatique, 1962
© Adagp, Paris 2018 Photo : Paris, MAD Jean Tholance

En 1955, Cieslewicz obtient le diplôme d’artiste graphiste et part s’installer avec sa femme, la sculptrice Alina Szapocznikow, à Varsovie. Il est engagé comme graphiste dans l’agence d’État WAG (Wyadawnitwo Artystyczno Graficzne) qui éditait des affiches de propagande à thématique sociale et culturelle, politique et publicitaire. [...]

La période de liberté, d’ouverture et de déstalinisation commencée en 1955 ne dure que huit ans. En 1963, le premier secrétaire du parti, Władysław Gomułka, proclame : « Le parti accorde sa préférence à la production du “réalisme socialiste”, création idéologique représentant le plus haut niveau artistique compris par les masses et servant ces masses. »

Cette même année, Roman Cieslewicz et sa femme quittent définitivement la Pologne pour la France, afin de voir « comment [ses] affiches résisteraient à la lumière des néons en Occident. Je rêvais de Paris ».

Collage

C’est davantage l’art du collage – que celui de la peinture pourtant prédominant dans l’école de l’affiche polonaise des années 1950 – que Cieslewicz utilise dans les travaux de sa première période, entre 1955 et 1964.

Le choix de cette technique trouve son origine dans sa fascination pour les images populaires du quotidien – notamment les gravures du XIXe siècle qu’il affectionne tout particulièrement – et dans son désir de se les approprier pour leur insuffler une des choses les plus importantes à ses yeux, à savoir le « caractère spécifique de notre imagination ». […]

Le caractère surréaliste des collages de cette période fait référence directement aux maîtres de cet art et plus spécifiquement à Max Ernst, dont il avait recopié la citation « c’est la plume qui fait le plumage mais ce n’est pas la colle qui fait le collage ».

En 1964, peu après son arrivée en France, il poursuit ce travail de collage notamment dans des illustrations pour Elle, avant de l’abandonner dès l’année suivante pour un travail au trait sur les images et une esthétique proche du pop art.

Roman Cieslewicz, Ty i ja, 1967, no 8
Couverture de magazine
© Adagp, Paris 2018 Photo : Paris, IMEC / Fonds Roman Cieslewicz

Pop Art

La première période parisienne de Cieslewicz s’inscrit dans le sillage du Pop art. C’est au milieu des années 1960 que celui-ci commence à rencontrer de l’intérêt en Europe : en 1964 à la Biennale de Venise, puis en 1965 avec l’ouverture de la galerie Ileana Sonnabend à Paris qui organise la première exposition française d’Andy Warhol, « Flowers ».

Roman Cieslewicz, CCCP & USA, magazine Opus International 4, 1967
© Adagp, Paris 2018 Photo : Paris, MAD Jean Tholance

Cieslewicz raconte que l’une des premières choses qui l’impressionna, à son arrivée en France, fut la quantité de journaux édités chaque semaine et le foisonnement d’images qu’ils recelaient. C’est désormais dans les mass-media et non plus dans l’imagerie du XIXe siècle qu’il puise ses sources iconographiques, utilisant ainsi directement le vocabulaire populaire de l’époque : il récolte dans les médias les images de « la mythologie quotidienne », interrogeant ainsi l’actualité et la société de manière globale. [...]

Jusqu’en 1969, Cieslewicz travaille très largement pour la presse féminine, essentiellement pour Elle (1964-1969) et pour Vogue (1966) qui lui donneront une visibilité importante et rapide, notamment dans les milieux de la presse et de l’édition. C’est ainsi qu’en 1967, Georges Fall lui propose la conception graphique de la revue Opus International et qu’en 1968, Christian Bourgois lui confie les couvertures de la collection des livres de poche 10/18.

En 1969, Cieslewicz abandonne la direction artistique de Elle pour devenir jusqu’en 1972 l’un des membres de l’agence M.A.F.I.A.

Collages centrés

La série des Collages centrés (1971-1974) suit celle des Collages répétitifs. C’est face au bombardement quotidien d’images imposées à l’œil, à une surabondance visuelle que Cieslewicz se place et définit son rôle de graphiste : celui d’un « aiguilleur de rétine » luttant contre la tendance de plus en plus forte de la publicité à tout neutraliser par la saturation. Il affirme cette position en 1971 avec la création, pour le magazine de photographie Zoom, du visuel Zoom contre la pollution de l’œil : un cyclope dont l’œil unique qui ne cille jamais lui permet de garder un œil grand ouvert sur le monde. [...]

Photomontage

Cieslewicz débute à partir de 1975 une nouvelle période avec la réalisation d’illustrations pour le livre Les Mystères d’Udolpho, de l’écrivaine Ann Radcliffe. Elle se caractérise par l’importance accordée aux photomontages et par l’abandon du noir et blanc au profit de la couleur.

Roman Cieslewicz, Suspendu malgré lui, 1977
Photomontage, série Changement de climat. Collection Irène et Jacques Elbaz
© Adagp, Paris 2018. Photo : Piotr Travinski

La série des photomontages Changement de climat intervient au moment où il commence à ressentir un phénomène de répétition s’installer avec les collages centrés. […]

De nombreux photomontages mêlent à des images d’actualité des détails des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art. Tirées le plus souvent de l’époque médiévale et de la Renaissance, ces peintures étaient choisies « pour leur hyperréalisme qui remplace les photos d’aujourd’hui. Les personnages peints par Carpaccio et les grands maîtres flamands étaient tous des célébrités de l’époque ». […]

Kamikaze

L’année 1976 est non seulement celle de Changement de climat, et, paradoxalement, celle de Kamikaze, revue d’information panique, au discours moins emphatique et au graphisme plus sobre. […]

De grand format, Kamikaze présente des photographies de presse tirées de ses boîtes d’archives. Pour la première fois, Cieslewicz n’intervient pas sur les photographies, qualifiant ce travail de photographisme. [...]