7 dessins de Romain de Tirtoff dit « Erté »

Projet de broche pour Cartier
Romain de Tirtoff (1892-1990) dit « Erté ». Gouache et or sur fond noir. 37 x 28 cm
© DR © Photo : ADER

Romain de Tirtoff (1892-1990) connu sous le nom de « Erté », est né à Saint-Pétersbourg. Il s’installe à Paris en 1912 et commence sa carrière aux côtés de Paul Poiret dès l’année suivante. Sa première illustration pour Harper’s Bazaar New York paraît en janvier 1915. Il travaille peu après très brièvement pour Vogue. La même année, William Randolph Hearst, propriétaire de Harper’s Bazaar depuis 1912, lui offre un premier contrat d’exclusivité de 10 ans engageant une collaboration privilégiée qui ne prend fin qu’en 1936 et donne lieu à plus de 240 couvertures du magazine.

À côté de cette carrière d’illustrateur, Erté conçoit des costumes et des décors pour des spectacles à Paris, notamment aux Folies Bergère ou au Casino de Paris, mais aussi à Broadway ou à Hollywood. Artiste touche-à-tout, il crée des bijoux, des meubles, des sculptures…

« Les Modes excentriques », Robe argent, doublée orange, 1918
Romain de Tirtoff (1892-1990) dit « Erté ». Graphite, encre noire, gouache, rehauts d’argent. 24 x 16 cm
© DR © Photo : ADER

Ses inventions s’inscrivent pleinement dans le goût pour l’exotisme, et tout particulièrement l’art persan, mis à l’honneur par Paul Poiret, dès 1908, et par les Ballets russes de Diaghilev, notamment avec Shéhérazade en 1910, dont les costumes et les décors sont conçus par Léon Bakst (dessin conservé au MAD). Erté participe d’un courant plus général qui se manifeste dans le monde de la mode, du spectacle, mais aussi des musées. Ainsi, le Musée des Arts Décoratifs offre au public, en 1912, une exposition de « miniatures persanes » qui révèle des œuvres d’une qualité exceptionnelle.

Plusieurs des dessins présentés à la vente le 25 mars 2021, provenant de la collection même du créateur via son légataire universel Serge Leeman, entrent en résonance avec les collections de mode et de bijoux que le musée conserve ou avec des projets d’expositions à venir. Rappelons que le musée des Arts décoratifs a préempté en 2019 un dessin intitulé Le rêve... le plus beau voyage, préparatoire à la couverture du « Harper’s Bazaar » de juin 1923, qui a été présenté dans l’exposition consacrée à ce magazine en 2020.

Restons en contact

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Espace pro