SALLE 1  -1919 -1935 L’ERE ANDRE CITROEN : OSER ET S’EXPOSER SALLE 2 - LES EXPEDITIONS. L’EXEMPLE DE LA CROISIERE NOIRE SALLE 3  - LES DERNIERES REALISATIONS D’ANDRE CITROEN ET LA REPRISE PAR MICHELIN SALLE 4 - 1955 -1970  ARTS GRAPHIQUES ET PUBLICITE : L’ART FAIT VENDRE SALLE 5  -1970-1990 - EN AVANT CITROEN  - LES  ANNEES RSCG SALLE 6 -. 1990 - 2000 : VOUS N’IMAGINEZ PAS TOUT CE QUE CITROEN PEUT FAIRE POUR VOUS

Histoire du logo

En 1925, la Tour Eiffel devient la tour Citroën

La traversée de Charles Lindbergh

La caravane Citroën

La signalisation routière

L’usine instrument de communication

Vente à crédit et assurance

Citroën et le marketing de l’enfant

Le réseau

La communication par l’architecture : le style citroën à travers le monde

 

SALLE 1 (1919 -1935)
L’ERE ANDRE citroën : OSER ET S’EXPOSER

Citroën et le marketing de l’enfant

«Intéresser l’enfant à l’auto, l’accoutumer à la Citroën, se servir de lui comme propagandiste vis à vis de ses parents, tel à été le mobile qui nous a incité à adjoindre à notre pub, la propagande par le jouet.
Pour que le jouet - jouet mécanique- soit attrayant pour les petits et les grands, il faut qu’il soit très bien conditionné. Les nôtres sont des répliques fidèles et parfaitement exécutées de nos grandes voitures. Ainsi l’œil retrouve à domicile la ligne qu’il a perçue dans la rue, la silhouette citroën se grave dans la mémoire (...) on aime profondément que ce que l’on connaît » Bulletin citroën . 1924


« Que l’adulte français voit l’Enfant comme un autre lui-même, il n’y a pas de meilleur exemple que le jouet français. (...) ils sont tous reproductions amoindries d’objets humains ... le jouet français signifie toujours quelque chose, et ce quelque chose est toujours entièrement socialisé, constitué par les mythes ou les techniques de la vie moderne adulte : l’armée, les postes ...la médecine (trousses miniatures de médecin (...), les transports (Trains, Citroën, Vedette, Vespa, stations-service). Que les jouets français préfigurent littéralement l’univers des fonctions adultes ne peut évidemment que préparer l’enfant à les accepter toutes (...) Seulement, devant cet univers d’objets fidèles et compliqués, l’enfant ne peut se constituer qu’en propriétaire, en usager, jamais en créateur ; il n’invente pas le monde, il l’utilise : on lui prépare des gestes sans aventure, sans étonnement et sans joie ».
Roland Barthes. Mythologies. Jouets.1957