SALLE 1  -1919 -1935 L’ERE ANDRE CITROEN : OSER ET S’EXPOSER SALLE 2 - LES EXPEDITIONS. L’EXEMPLE DE LA CROISIERE NOIRE SALLE 3  - LES DERNIERES REALISATIONS D’ANDRE CITROEN ET LA REPRISE PAR MICHELIN SALLE 4 - 1955 -1970  ARTS GRAPHIQUES ET PUBLICITE : L’ART FAIT VENDRE SALLE 5  -1970-1990 - EN AVANT CITROEN  - LES  ANNEES RSCG SALLE 6 -. 1990 - 2000 : VOUS N’IMAGINEZ PAS TOUT CE QUE CITROEN PEUT FAIRE POUR VOUS

 

 

 

 

 

 

 

 

SALLE 5 (1970-1990)
EN AVANT citroën - LES ANNEES RSCG

L’équipe : Jacques Séguéla - Georges Falconnet , puis Claude Satinet, et aujourd’hui Jean Marc Savigné et Maria Salarich ·

Lla technique : personnaliser, créer un univers autour de modèles relativement classiques. Donner une dimension, valoriser un imaginaire que les voitures ne développent pas par elles-mêmes (Visa, AX, LN, BX).

Au début des années 1970, la publicité axée sur la consommation, l’annonce devient le seul support. Le choix d’une identité visuelle unique pour tous les pays oblige à des choix de codes visuels simplifiés excluant toute fantaisie.

Pour le lancement de la GS, Delpire doit se soumettre aux diktats du marketing. Il faut dire que le contexte est difficile : crise du pétrole
(échec de la SM), limitation de vitesse et rachat de citroën par Peugeot en 1974 .

Delpire passe le relais à RSCG qui rachète son agence en 1976.

En 1978 les affiches GS l’anti-tapecul, l’ anti-goinfre, l’anti-rikiki, l’anti-train-train jugées choquantes pour vanter la tenue de route, le confort et la consommation modérée font perdre le budget à l’agence.

En 1979 Dupuy-Compton réalise pour la GS une belle campagne Elle refait la route : Un long tapis route se déroule sous les roues de la GS .


En 1980, avec l’arrivé de Georges Falconnet à la Direction commerciale, Jacques Séguéla renoue avec une marque à l’image brouillée dont il va magistralement redessiner les contours avec les affiches de Savignac sous le titre En avant citroën.

Le logo humanisé sera décliné pendant quatre ans jusqu'à l’apothéose, le film institutionnel de Richard Raynal Les chevrons sauvages.

 

A partir de ce moment la marque renoue avec une publicité flamboyante créant un imaginaire puissant à des voitures sans forte personnalité (Visa, AX, LN,BX).

La BX rouge passion va s’incarner, vivre, aimer, rêver sur la musique de Dabadie et les paroles de Julien Clerc.(1982)

 

La Visa « ça décoiffe » selon le slogan de Richard Raynal avant d’être catapultée d’un porte-avions pour atterrir sur un sous-marin en 1985.


« C’est démon »pour la dernière campagne de la CX dont Grace Jones personnifie l’esthétique et l’agressivité sous la caméra de Jean-Paul Goulde (1985).

 

L’AX est « révolutionnaire » sur la muraille de Chine, au temple de Potal à Lhasa (1987) des films de Richard Raynal et Raymond Depardon ou sur le toit du train Transamérica du film de Konchalowski .