Réalisée en acajou massif, cette armoire fait honneur au savoir-faire des ébénistes bordelais qui tôt au XVIIIe siècle utilisèrent ce bois importé des Antilles qui arrivait dans les cargaisons où souvent il était destiné à lester les cales des navires avant de devenir l’objet d’un commerce fructueux. L’armoire, meuble de rangement essentiel, était présente dans tous les intérieurs bourgeois ou aristocratiques et témoignait en fonction de sa taille et de son décor de l’importance de son propriétaire. Celle-ci offre un décor sobre de moulurations et s’impose par ses dimensions. Les deux battants principaux s’ouvrent sur trois étagères polylobées sur lesquelles généralement on se plaisait à disposer la vaisselle, tandis que les côtés, légèrement arrondis dissimulent derrière leur battant trois simples étagères.