Au département des jouets ce sont 9 élèves conservateurs, restaurateurs, régisseurs, 4 stagiaires du département des collections et 1 stagiaire du département des jouets, qui ont été accueillis dans les réserves à Saint-Denis. Le chantier a été coordonné par Anne Monier et Florence Bertin et encadré par la restauratrice Thalia Bajon-Bouzid, Benoit Jenn et Catherine Didelot.

Pendant cette semaine, les élèves ont pu reconditionner 257 jouets dont 45 poupées européennes (Cosson, Lanvin), 48 poupées traditionnelles japonaises Kimekomi, 6 poupées traditionnelles japonaises en papier Washi-ningyo, 26 accessoires de poupées japonaises (paravents, offrandes, lampes…), 16 jouets japonais, 4 mini-figurines japonaises et 2 trousseaux complets de vêtements de poupées.

Le chantier s’est construit autour de quatre postes de travail : déballage et prise de vue, constat d’état, dépoussiérage et conditionnement. Chaque élève, a pu occuper les quatre ateliers, se confrontant ainsi à toutes les étapes d’un chantier des collections.

Tous les conditionnements ont été réalisés en concilliant un conditionnement optimal dans les espaces très restreints des réserves. Les poupées japonaises Kimekomi ont été conditionnées dans des boites, placées à la verticale, sur des supports en plastazote conçus sur mesure lors du chantier. Les poupées Washi-ningyo ont été conditionnées individuellement sur leur socle d’origine après un dépoussiérage minutieux.

Les poupées européennes, enveloppées dans du papier de soie, ont été conditionnées à l’horizontal et séparées par des plateaux confectionnés afin d’empêcher la superposition des objets. Certaines poupées hors formats ont dû être conditionnées dans des caisses fabriquées sur mesure. Les étudiants et les stagiaires ont également traités les trousseaux volumineux des poupées Eugénie et Bleuette.

En parallèle, les stagiaires du MAD ont rangé les poupées revenues de l’exposition « Barbie » en Corée et la collection de poupées-origami Anesama, replacées dans leurs boites d’origines avec un papier de soie protecteur. Les cerfs-volants et carpes en papier et tissus japonais ont aussi fait l’objet d’un reconditionnement.

Cette rencontre a permis de précieux échanges de savoirs entre les conservateurs, les régisseurs et les restaurateurs et la satisfaction d’avoir grandement contribué à ce vaste travail de mise en conservation des fonds jouets du musée.