Maurice Denis, « Aux morts pour la France », 1924
© MAD, Paris / photo : Christophe Dellière

Ce carton de vitrail a été commandé en 1923 à Maurice Denis par l’artiste et collectionneur Étienne Moreau-Nélaton pour la chapelle Saint-Louis de l’église Sainte-Macre à Fère-en-Tardenois, dans l’Aisne, en hommage à son fils, Dominique Moreau-Nélaton, tombé au combat le 11 mai 1918. Exécuté en 1924 par la peintre verrier Marguerite Huré, le vitrail est toujours en place dans l’église.

Le Christ en croix, qui surplombe la scène, accueille symboliquement le corps de Dominique Moreau-Nélaton en uniforme, élevé par un ange aux ailes tricolores. Les échanges épistolaires entre Maurice Denis et Étienne Moreau-Nélaton retracent avec précision la création et la destinée de ce carton préparatoire. Dès la réception de ce dernier, Moreau-Nélaton a souhaité le faire connaître du public. […]

Présenté en 1925 lors de la troisième biennale romaine, le carton a ensuite rejoint le Musée des Arts Décoratifs, où sa trace s’est peu à peu perdue. Redécouvert lors d’un chantier des collections en 2019, il vient d’être restauré. La générosité d’Étienne Moreau-Nélaton trouve un écho, près d’un siècle plus tard, dans celle de Paul Denis, petit-fils du peintre, qui a offert au musée l’étude préparatoire pour la figure du pauvre.