Fils d’immigrants espagnols, Antonio Fernández Reboiro étudie six ans la médecine avant de se tourner en 1959 vers l’architecture et le design à l’Université de La Havane. Il fonde un magazine touristique anglophone, Havana Picture Guide, et collabore avec l’architecte Ricardo Porro à la construction des écoles d’art de La Havane. En 1963, il intègre le département des affiches de l’ICAIC. Ce véritable laboratoire d’expérimentation, lui offre pendant près de deux décennies un espace de liberté formelle où il peut donner libre cours à une imagination débordante influencée aussi bien par l’Art nouveau, l’Art déco ou le constructivisme géométrique que l’op art, le pop art ou l’art psychédélique.

Antonio Fernández Reboiro, Mañana será tarde
Dirección : Martin Tapak / Alexander Karpov, ICAIC, 1974. Sérigraphie
© MAD, Paris

Ses affiches fonctionnent comme des énigmes visant à stimuler la réflexion du spectateur grâce à différentes « clés », véritables synthèses graphiques d’éléments symboliques, figuratifs, abstraits ou surréalistes. Ces métaphores élégantes sont servies par de puissants effets optiques, une grande maîtrise du cadrage et une mise en page étudiée. Mais la caractéristique principale des affiches de Reboiro réside dans la couleur, ou plutôt l’explosion de couleurs vives.

Persécuté par les autorités pour son homosexualité, il décide de s’exiler en 1982 à l’occasion d’une exposition à Cannes. Il vit un temps en France puis s’installe en Espagne où il continue son travail de graphiste. Il est directeur artistique pour deux revues théâtrales (Pipirijaina et El público), ainsi que pour une institution de promotion musicale, Ibermúsica. Il réalise des affiches et l’identité visuelle de nombreux théâtres, orchestres, ballets, opéras ou festivals espagnols et étrangers. Depuis 1994, il conçoit les brochures et les livres de FUNDESCO (Fundación para el Desarrollo de la Función Social de las Comunicaciones). En 1998, il établit son studio graphique à Miami où il réalise un travail personnel sur cette ville (125 affiches) et partage son temps entre les États-Unis et l’Espagne. Dans les années 2010, il se consacre entièrement à la peinture.

[() ]