Renouveau de l’artisanat et du design dans le Japon d’aujourd’hui, entre tradition et modernité

Par Kawakami Noriko

L’histoire japonaise témoigne de la recherche d’une esthétique et de l’expression d’une sagesse, mais également d’un large éventail de possibilités à travers le travail sur les matériaux et les techniques revisité dans la tradition japonaise du monozukuri (fabrication des choses). La nouvelle génération de créateurs rend aujourd’hui hommage aux expérimentations de ses prédécesseurs dont les enseignements donnent un nouveau souffle à son travail. Intéressons-nous d’abord à l’œuvre d’une personnalité célèbre pour son originalité et pour son influence, le styliste Issey Miyake.

Issey Miyake, « Nihon buyo », Série n°1, Printemps / Été 2016
© Issey Miyake INC. / photo Francis Giacobetti

C’est dans les années 1970 que Miyake développe son activité. Partisan de créer des vêtements à partir de matériaux propres au Japon, il y intègre des fibres synthétiques améliorées par ses soins, ce qui est à l’époque très novateur. Il établit en même temps un lien étroit avec les tisserands et autres fabricants spécialisés de tout le pays. Miyake insuffle un nouvel élan aux techniques traditionnelles de teinture et de tissage alors en voie de disparition, et perfectionne l’art vestimentaire. (...)

L’industrialisation de l’artisanat, un environnement fécond

Il importe toutefois de préciser que ce rapprochement entre savoir-faire traditionnels et technologies modernes ne s’est pas fait en un jour. (...) Charlotte Perriand se rend au Japon en 1940 et parcourt la région du Tōhoku en compagnie de Yanagi Sōri, designer industriel et fils de Yanagi Sōetsu, l’un des fondateurs du mouvement Mingei. Ils se rendent dans la préfecture de Yamagata en novembre 1940 et visitent des villes et villages des zones enneigées. (...) Perriand y découvre la confection d’objets et de vêtements de pluie tressés en paille de riz. Inspirée par les techniques de pliage des couchettes en bois et les coussins tressés, elle crée une nouvelle version de sa chaise longue transformable en fauteuil avec coussin en trois parties. L’enseignement de Perriand, qui s’attache à bâtir un pont entre l’artisanat de ces régions enneigées et le design moderne tout en prenant en compte le climat local, nourrit un terreau propice à penser le XXIe siècle et un avenir lié à l’histoire de l’artisanat. (...)