L’Art déco : Modernité et Tradition

Cette grande salle rompt la parcours chronologique en proposant une lecture transversale des collections à travers différents thèmes.

Jacques Doucet, un collectionneur

Grand couturier mais surtout mécène, Jacques Doucet, après avoir réuni une collection de peintures et de mobilier du XVIIIe siècle, se consacre à l’art contemporain et confie la décoration de son appartement de l’avenue Foch à Paul Iribe dans les années 10. Dans les années 20, il demande à Pierre Legrain, Marcel Coard et Paul Mergier de réaliser le mobilier de son studio de la rue Saint-James à Neuilly, où il conserve sa collection de peintures contemporaines. Ces meubles, d’inspiration cubiste et africaine, présentent un luxe de matière et un raffinement très original.

Émile-Jacques Ruhlmann : un ébéniste d’exception

L’ensemble de la collection de meubles de Ruhlmann conservé au musée compte une dizaine de pièces, réalisées par le décorateur de 1916 à 1933, dont certaines furent présentées à l’Exposition de 1925 dans le pavillon particulier de l’artiste, l’Hôtel du collectionneur.

Robert Mallet-Stevens : architecte et créateur de mobilier

Le mobilier du bureau personnel de Robert Mallet-Stevens, repose sur un piètement en tube métallique. Il est accompagné de portes à plusieurs panneaux articulés en laque, ornées d’un décor géométrique conçu par Jean Dunand et provenant de la maison de l’architecte, rue Mallet-Stevens à Paris.

Une nouvelle technique : le tube métallique

Un ensemble de mobilier métallique des années 1926 à 1931 pointe l’émergence internationale de ce matériau. L’usage du tube métallique a permis de renouveler la forme même des meubles et plus particulièrement des sièges-mise au point du porte-à-faux-grâce à sa souplesse, sa légèreté et sa solidité. Parallèlement, des œuvres permettent d’illustrer la technique traditionnelle de la ferronnerie, très appréciée à cette époque.

En raison d’un problème technique, cette salle du département Art déco est fermée au public jusqu’à nouvel ordre. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Découvrez le commentaire audio de cette salle