L’Art de vivre selon Moïse de Camondo

du 31 octobre 2018 au 10 mars 2019

L’exposition présente un fonds d’archives inédit qui retrace l’art de vivre du comte Moïse de Camondo (1860-1935), éminent collectionneur d’art décoratif du XVIIIe siècle, mais aussi homme de son temps, passionné par le progrès technique. Adepte de la chasse à courre, grand touriste et fin gastronome, le comte a laissé de nombreux témoignages de son mode de vie raffiné proche, par beaucoup d’aspects, de celui de la haute aristocratie parisienne du début du XXe siècle. Les photographies, guides de voyages et cartes routières ainsi que sa correspondance, nous font aussi découvrir sa passion pour « l’automobilisme » et ses nombreux voyages dans toute l’Europe. Enfin, datant des années trente, quelques plans de tables et menus évoquent son goût de la gastronomie et son art de recevoir.

> DÉCOUVREZ LE DOSSIERALISÉ À L’OCCASION DE L’EXPOSITION

Après la mort prématurée de son fils Nissim en 1917, le comte Moïse de Camondo décide de léguer en 1924 son hôtel et les exceptionnelles collections qu’il abrite à l’État, par l‘intermédiaire de l’Union centrale des Arts décoratifs, à la condition d’en faire un musée portant le nom du jeune disparu. Conçu comme la « reconstitution d’une demeure artistique du XVIIIe siècle », le musée Nissim de Camondo ouvre ses portes en 1936. Il témoigne du goût du collectionneur pour les arts décoratifs français des périodes Transition et Louis XVI, époque qu’il a lui-même « aimée entre toutes ». Cette passion pour un XVIIIe siècle idéal n’affecte cependant pas son mode de vie. Homme de son temps, fasciné par le progrès technique, Moïse de Camondo apprécie le confort de la vie moderne et aménage en conséquence son hôtel librement inspiré du Petit Trianon qui est achevé en 1914.

La chasse à courre

Moïse de Camondo chassant à courre en forêt d’Halatte, 1910
© MAD, Paris

Gentleman sportif, Moïse de Camondo est aussi un cavalier émérite qui chasse à courre très régulièrement, s’inscrivant ainsi dans la pure tradition aristocratique. En 1904, le comte acquiert « le château d’Aumont », près de Senlis, où famille et amis sont accueillis dans une ambiance chaleureuse et confortable. Chevaux et chiens agrémentent les loisirs, et, dès que l’automne arrive, la saison de la chasse commence. De septembre à la fin du printemps, la chasse à tir rythme aussi le calendrier des loisirs cynégétiques. De nombreuses photographies témoignent de ces parties de chasse festives que le comte partage avec ses deux enfants, Nissim et Béatrice.

Le yachting

Le yacht Rover sortant du port de Deauville, 1888
© MAD, Paris

Dès sa jeunesse, Moïse de Camondo voyage beaucoup. Passionné de yachting, loisir très onéreux, il possède successivement deux bateaux de plaisance à vapeur avec lesquels il sillonne la Manche, la mer du Nord et la Méditerranée : le « Rover », et le « Géraldine », une élégante goélette à trois mâts achetée avec son beau-père Louis Cahen d’Anvers. Il revend celle-ci en 1897 et opte ensuite pour des croisières culturelles à bord de confortables paquebots.

L’automobilisme

La Panhard 35 de Moïse de Camondo à Aumont, 1906
© MAD, Paris

Amateur « d’automobilisme », Moïse de Camondo achète sa première voiture à moteur en 1895. Épris de vitesse et de carrosseries élégantes, il a toujours trois ou quatre voitures à sa disposition dans la « remise aux autos » de son hôtel. Deux mécaniciens-chauffeurs logés sur place sont affectés en permanence à leur entretien et conduite. À bord de ces bolides, le comte sillonne l’Europe entière, avalant kilomètres poussiéreux et cahotants avec l’énergie d’un explorateur. À chaque retour de voyage, il envoie au Club des Cent des comptes rendus très précis pour actualiser son guide confidentiel.

La gastronomie

Par leurs équipements fonctionnels et hygiéniques, les espaces de service et les appartements privés de l’hôtel de Camondo témoignent du goût du comte pour le confort moderne. La place accordée à la cuisine et ses annexes révèle aussi une autre facette de sa personnalité : celle du fin gourmet, amateur de grands crus, qui devient en 1928 membre titulaire du Club des Cent. À partir de 1930, Moïse de Camondo convie à déjeuner chez lui, une fois par an, une trentaine de camarades centistes et organise, par ailleurs, ses déjeuners « Louvre » et « Marsan » qui réunissent conservateurs de musées parisiens, collectionneurs et personnalités du monde de l’art. On peut en suivre les préparatifs à travers les listes d’invités, plans de table et menus qui nous sont parvenus.

  • Facture de la maison Hédiard du 29 octobre 1913
    © MAD, Paris / Jean Tholance
  • Menu du déjeuner « Louvre » du 2 juin 1933 (recto et verso)
    © MAD, Paris

Cette exposition dévoile ainsi une facette méconnue de Moïse de Camondo, celle de l’homme de son temps qui entretient un vaste réseau de sociabilité à travers le Club des Cent et les nombreuses relations qu’il a su nouer dans le monde des musées et celui de l’art. Elle est aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir le musée Nissim de Camondo, lieu d’exception, témoignage vibrant d’une époque et d’un art de vivre dont le comte Moïse de Camondo était un fier ambassadeur.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.