Soutenez les restaurations

Le Musée des Arts Décoratifs a à cœur de garder et remettre en état les près de 750 000 œuvres qui composent la collection d’une part, et d’autre part d’enrichir, de compléter cette collection. Soutenez-nous par vos dons !

SOUTENEZ LA RESTAURATION DU FONDS LANVIN

Robe en 2 parties, Jeanne Lanvin, collection été 1916
Sergé de soie, jupon en cannelé de coton bordé d’un volant de dentelle au crochet. Inv. UF 88-60-1 ABCD
© MAD, Paris / photo : Jean Tholance

Jeanne-Marie Lanvin (1867-1946) fût l’une des couturières majeures du XXe siècle. On attribue son succès à l’usage qu’elle faisait des couleurs et au souci qu’elle portait aux détails : elle créait ses vêtements de manière à souligner les personnalités de chacun avec une élégance typiquement française. Ces particularités lui valurent le privilège de représenter la France lors de plusieurs expositions universelles. Mais son succès « Madame » le tint surtout à la relation qu’elle entretenait avec sa fille Marguerite puisqu’après l’ouverture, à tout juste dix-huit ans, de son premier magasin dédié à la mode masculine c’est pour elle que furent lancées les collections enfants puis femmes qui firent le succès de la maison Lanvin.

Le fonds Lanvin des Arts Décoratifs se compose 144 pièces : robes du jour, robes du soir, manteaux et accessoires. 40 % de ce fonds constitué de matériaux délicats et fragiles nécessite des interventions.

SOUTENEZ LE CABINET DES DESSINS

Jean-Honoré Fragonard, « Jeune fille debout, vue de profil »
© MAD, Paris / Jean Tholance

Le Musée des Arts Décoratifs conserve une extraordinaire collection de dessins dont nul ne peut aujourd’hui apprécier la qualité à sa juste valeur faute d’un état de conservation assez bon pour les présenter au public. Numériquement, celle-ci est estimée à environ 200 000 dessins, soit l’équivalent de celle conservée au département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Sept domaines sont particulièrement privilégiés :
• Les dessins d’artistes (ex. : Watteau, Boucher, Fragonard, Delacroix, Rodin)
• Les dessins d’architecture (ex. : recueil de projets de Jacques-Androuet Du Cerceau, les architectures oniriques d’Emilio Terry).
• Les dessins de décorations intérieures (ex. : études de plafonds de Charles de La Fosse et de Claude III Audran, projets d’Ange-Jacques Gabriel pour le château de Fontainebleau, la salle de cinéma du Shah d’Iran conçue par Jean Royère)
• Les dessins de meubles (ex. : études d’armoires de Boulle, les œuvres de Joe Colombo et de Jacques-Émile Ruhlmann)
• Les dessins d’orfèvrerie et de joaillerie (projets de Martin Guillaume Biennais, de Jean-Baptiste-Claude Odiot ou encore de René Lalique)
• Les dessins de tissus (ex. un ensemble exceptionnel de 3000 pochoirs japonais (katagami) ou les Tissus simultanés de Sonia Delaunay)
• Les dessins de mode ( ex. : 6000 dessins de la maison Elsa Schiaparelli)

Robert Mallet-Stevens, « Pavillon du Tourisme à l’exposition internationale des Arts Décoratifs de 1925 »
© MAD, Paris / Jean Tholance

Pourquoi soutenir ce projet ?
De nombreux dessins nécessitent des restaurations urgentes. Le musée souhaiterait également faire renaître le Cabinet des dessins et renouer avec les ambitions à la fois esthétiques et pédagogiques des fondateurs de l’institution. Un tel projet implique de trouver des ressources financières importantes pour obtenir les moyens en personnel et en matériel pour inventorier, restaurer, conditionner, classer et étudier les œuvres.

Ce grand projet permettrait de dévoiler au public la richesse du cabinet des dessins dans le cadre d’une exposition prévue en 2020.