Actuellement

EXPOSITION
MODERNE MAHARAJAH. UN MÉCÈNE DES ANNÉES 1930
Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020

Bernard Boutet de Monvel, S.A. Le Maharajah d’Indore (habit occidental), 1929
© Collection Al Thani / Adagp, Paris, 2019. Photo © Pascal Cadiou

Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020, le Musée des Arts Décoratifs met à l’honneur l’extraordinaire figure du Maharajah d’Indore qui donne libre cours à son goût d’avant-garde artistique et décorative en créant, en Inde, un univers moderne unique. Personnalité visionnaire du milieu culturel européen des années 1920-1930, il est le commanditaire de la toute première construction moderniste de son pays : le palais de Manik Bagh (1930-1933), témoignage de l’effervescence de la scène artistique de l’époque. L’exposition met en lumière l’univers de cette demeure mythique évoquant les échanges entre l’Europe et l’Inde à travers la personnalité singulière et fascinante d’un jeune prince et de son épouse. Présenté dans la Nef du musée, ce prestigieux patrimoine rassemble plus de 500 pièces réunies pour la première fois. Il dévoile les créations iconiques de Louis Sognot et Charlotte Alix, Jean Puiforcat, Eileen Gray ou encore Le Corbusier ainsi que des archives inédites dans une scénographie confiée au studio BGC – Giovanna Comana et Iva Berton Gajsak.

Moderne Maharajah. Un mécène des années 1930
Dossier de presse
Télécharger (5.8 Mo)
Moderne Maharajah. Un mécène des années 1930
Communiqué de presse
Télécharger (1.8 Mo)
Moderne Maharajah. Un mécène des années 1930
Press release / English Version
Télécharger (1.8 Mo)

EXPOSITION
AFFICHES CUBAINES : RÉVOLUTION ET CINÉMA
Du 31 octobre 2019 au 2 février 2020

Alfredo Rostgaard, ICAIC decimo aniversario, 1969
© MAD, Paris / photo : DR

60 ans après la Révolution à Cuba, le Musée des Arts Décoratifs dévoile, du 31 octobre 2019 au 2 février 2020, l’âge d’or de l’affiche cubaine des années 1960 et 1970 dans un contexte culturel et politique dont les artistes se sont emparés. Longtemps méconnue en raison du blocus et de l’isolement de Cuba, cette école stylistique commence tout juste à sortir du huis clos dans lequel elle s’est construite. Affiches cubaines : révolution et cinéma propose d’explorer cette effervescente production graphique à travers 250 affiches, principalement issues des collections du musée. Elle permet de découvrir et de comprendre l’éclosion de cette grande école d’affichistes et de suivre, à travers elle, l’histoire de l’État insulaire.

Affiches cubaines : révolution et cinéma
Dossier de presse
Télécharger (3.4 Mo)
Affiches cubaines : révolution et cinéma
Communiqué de presse
Télécharger (1.1 Mo)
Affiches cubaines : révolution et cinéma, 1959-201
Press release / English Version
Télécharger (1.1 Mo)

EXPOSITION
MARCHE ETMARCHE, UNE HISTOIRE DE LA CHAUSSURE
Du 7 novembre 2019 au 23 février 2020

Iris Schieferstein, Horseshoes, 2006
Berlin, Iris Schieferstein
© MAD Paris / photo : Hughes Dubois

Après « la Mécanique des dessous » (2013) et « Tenue correcte exigée ! » (2017), le Musée des Arts Décoratifs poursuit l’exploration du rapport entre le corps et la mode avec un troisième volet aussi surprenant qu’original autour de la chaussure, la marche et la démarche. L’exposition « Marche et démarche », du 7 novembre 2019 au 23 février 2020, s’interroge sur le statut de cet accessoire indispensable du quotidien en visitant les différentes façons de marcher, du Moyen Âge à nos jours, tant en Occident que dans les cultures non européennes. Comment femmes, hommes et enfants marchent-t-il à travers le temps, les cultures et les groupes sociaux ? Près de 500 œuvres : chaussures, peintures, photographies, objets d’art, films et publicités, issues de collections publiques et privées françaises et étrangères, proposent une lecture insolite d’une pièce vestimentaire tantôt anodine tantôt extraordinaire. La scénographie a été confiée à l’architecte/designer Eric Benqué.

Marche et démarche, une histoire de la chaussure
Communiqué de presse
Télécharger (1.3 Mo)
Marche et démarche, une histoire de la chaussure
Press release / English Version
Télécharger (1.3 Mo)

EXPOSITION
LE 61 RUE DE MONCEAU, L’AUTRETEL CAMONDO
Du 17 octobre 2019 au 15 mars 2020

Dessin aquarellé de la façade sur rue, Denis-Louis Destors, 1876
Don des Amis du MAD, 2012
© MAD Paris, Musée Nissim de Camondo

Partis de Constantinople et installés à Paris en 1869, le comte Abraham-Béhor de Camondo (1829-1889) et son frère Nissim (1830-1889) choisissent de s’établir avec leur famille en bordure du parc Monceau. La périphérie sud du parc fait alors l’objet d’une opération de lotissement par les frères Pereire afin d’y élever des hôtels particuliers de prestige. En juin 1870, ils acquièrent deux terrains mitoyens au 61 et 63 rue de Monceau. L’exposition présentée par le musée Nissim de Camondo dévoile, du 17 octobre 2019 au 15 mars 2020, une sélection de documents et d’acquisitions récentes qui renseignent de façon détaillée sur l’architecture, la décoration, l’ameublement et les collections d’œuvres d’art de cette demeure d’exception que le comte Abraham-Béhor fait construire en 1875 par l’architecte Denis-Louis Destors (1816-1882) au 61, rue de Monceau et dont l’intérieur est entièrement détruit dans les années soixante-dix.

Le 61 rue de Monceau, l’autre hôtel Camondo
Communiqué de presse
Télécharger (1.6 Mo)

À venir

EXPOSITION
MARQUISE ARCONATI VISCONTI, FEMME LIBRE ET MÉCÈNE D’EXCEPTION
Du 13 décembre 2019 au 15 mars 2020

Marquise Marie Arconati Visconti, 1870
Collection Château de Gaasbeek
© MAD, Paris / Jean Tholance

Le Musée des Arts Décoratifs, en partenariat avec la chancellerie des universités de Paris, consacre une exposition à la marquise Arconati Visconti (1840- 1923), figure de proue du mécénat envers les musées et les établissements d’enseignement en France. « Marquise Arconati Visconti, femme libre et mécène d’exception » retrace la destinée exceptionnelle de celle qui a hérité d’une des plus grandes fortunes italiennes et qui a légué des œuvres de première importance ; peintures, sculptures, mobilier, objets d’art, mais aussi bijoux et céramiques, aux musées français et en particulier au Musée des Arts Décoratifs. C’est au total une centaine d’œuvres, issues de dons successifs, accompagnés de documents d’archives, que déploie le musée dans ses collections permanentes témoignant de la passion immodérée de la marquise pour les arts décoratifs, du Moyen Âge, de la Renaissance, des XVIIIe et XIXe siècles, et de son intérêt pour les arts asiatiques et islamiques. Ce prestigieux patrimoine qu’elle a constitué puis légué illustre ses engagements, aussi bien dans le domaine des arts et des lettres qu’en politique.

Marquise Arconati Visconti. Femme libre et mécène d’exception
Télécharger (1.5 Mo)

Contacts

MAD-Service de presse
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Isabelle Mendoza
Anne-Solène Delfolie
Tél. : 01 44 55 58 78
Courriel : presse@madparis.fr

Divers

Nomination d’Olivier Gabet au poste de Directeur général adjoint du MAD
Télécharger (175.6 ko)
Programmation des expositions
2d semestre 2019
Télécharger (842.2 ko)
Exhibition Programm
Fall 2019
Télécharger (842.2 ko)
Rénovation des Galeries de la Mode du Musée des Arts Décoratifs
Communiqué de presse
Télécharger (372.5 ko)
The Musée des Arts Décoratifs in Paris Announces Renovation of Fashion Galleries
Press Release / English Version
Télécharger (377 ko)
Camondo Méditerranée : l’École Camondo ouvre un 2e site à Toulon
Télécharger (346.5 ko)