Le décor de l’hôtel de Monaco

Le décor de l’hôtel de Monaco

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque

JPEG - 59 ko
Pendule de la cheminée du grand salon
Achille Jacques Fédel, vers 1840, bronze doré
Collection particulière © collection M. et N. Uzal/collection particulière

Achille Jacques Fédel, l’architecte de l’hôtel de Monaco, s’illustre également dans la conception du décor intérieur, lequel se présente comme l’un des premiers exemples d’éclectisme sous la Monarchie de Juillet avec ses pièces de réception traitées dans les styles Louis XIV et Louis XVI et ses appartements privés dans le style néo-Renaissance. Marbres polychromes, stucs, bronzes se déploient sur les cheminées, les linteaux et les plafonds avec une magnificence comparable à celle des plus beaux palais. La peinture des décors est confiée à Philippe Comairas (1803-1875), élève d’Ingres.

En écho à l’éclectisme du décor, les collections déployées dans l’hôtel du baron Hope juxtaposent différents styles anciens. Aux émaux de Limoges et aux faïences italiennes et allemandes ornant le vestibule répondent, sur les murs de l’escalier, des portraits du XVIIe siècle.