En 1967, Jean Dubuffet offre au Musée des Arts décoratifs une partie de sa collection personnelle composée avant tout d’œuvres graphiques, ainsi que de 21 tableaux et 7 sculptures réalisées entre 1942 et 1967. Cette exceptionnelle donation d’artiste vivant à un musée qui n’était, à priori, pas destiné à accueillir des peintures, est le fait d’une amitié entre Jean Dubuffet et le directeur du musée des Arts décoratifs d’alors, François Mathey.

Cette collection souligne la nature protéiforme de son travail : à la fois dessinateur, peintre, sculpteur, écrivain et metteur en scène. Elle rassemble un choix chronologique méthodique de ses travaux réalisés après l’arrêt de son négoce de vin. Après une série de portraits, Dubuffet développe de nombreuses expérimentations faisant écho aux matériaux et textures. À partir des années 1960, il délaisse cette palette austère pour des couleurs vives évoquant le mouvement de la vie urbaine, puis il s’oriente vers une série d’écriture automatique.