Marquise Arconati Visconti. Femme libre et mécène d’exception

du 13 décembre 2019 au 15 mars 2020

Le Musée des Arts Décoratifs, en partenariat avec la chancellerie des universités de Paris, consacre une exposition à la marquise Arconati Visconti (1840-1923), figure de proue du mécénat envers les musées et les établissements d’enseignement en France.

« Marquise Arconati Visconti. Femme libre et mécène d’exception » retrace la destinée exceptionnelle de celle qui a hérité d’une des plus grandes fortunes italiennes et qui a légué des œuvres de première importance ; peintures, sculptures, mobilier, objets d’art, mais aussi bijoux et céramiques, aux musées français et en particulier au Musée des Arts Décoratifs. C’est au total une centaine d’œuvres, issues de dons successifs, accompagnés de documents d’archives, que déploie le musée dans ses collections permanentes témoignant de la passion immodérée de la marquise pour les arts décoratifs, du Moyen Âge, de la Renaissance, des XVIIIe et XIXe siècles, et de son intérêt pour les arts asiatiques et islamiques. Ce prestigieux patrimoine qu’elle a constitué puis légué illustre ses engagements, aussi bien dans le domaine des arts et des lettres qu’en politique.

Acheter un billet

Pratique

Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Tél. : +33 (0)1 44 55 57 50
Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries
Autobus : 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81, 95

• Plan d’accès
• Horaires et tarifs


Hashtag : #ArconatiVisconti

Téléchargez le dépliant de l’exposition « Marquise Arconati Visconti. Femme libre et mécène d’exception »
Télécharger (775.2 ko)

L’exposition est présentée au niveau 3 dans les salles Moyen Âge / Renaissance, au niveau 4 et dans la galerie des Bijoux.

Commissariat
• Anne FORRAY-CARLIER, Directrice adjointe des musées du MAD, conservatrice en chef du patrimoine (Moyen Âge / Renaissance, XVIIe / XVIIIe siècles)
• Thérèse CHARMASSON, conservatrice en chef du patrimoine (archives) honoraire et Stéphanie MÉCHINE, responsable du service des archives du rectorat et de la chancellerie des universités de Paris, co-commissaires

Assistées de :
• Pauline JUPPIN et Marie MOUTERDE, assistantes de conservation

Exposition réalisée en partenariat avec la chancellerie des universités de Paris

La chancellerie des universités organise en partenariat avec le Musée des Arts Décoratifs, la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et les Archives nationales,
un colloque les 12 et 13 décembre 2019 intitulé « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation » qui sera complété :
• d’une présentation de la numérisation et valorisation de la correspondance de la marquise Arconati Visconti par la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne
• d’une présentation de l’exposition d’archives « Des mécènes pour l’université de Paris » conçue en partenariat avec les Archives nationales.

Présentation
Déjeuner solitaire, Manufacture de Meissen, 1780/1790
© MAD, Paris / Jean Tholance

La personnalité de la marquise Arconati Visconti, née Marie Peyrat, apparaît en effet comme exceptionnelle, tant en raison d’une trajectoire personnelle hors normes que de ses convictions politiques et de ses qualités intellectuelles manifestes. Issue d’un milieu beaucoup plus modeste que celui de son mari, membre de l’aristocratie italienne, elle est élevée par son père, Alphonse Peyrat, journaliste, député républicain puis sénateur de la Troisième République. Femme de lettres et de culture, elle fréquente en auditrice libre les cours de l’École nationale des chartes où elle rencontre son futur mari, Giammartino Arconati Visconti, qu’elle épouse en 1873. Ce mariage est toutefois de courte durée : le marquis meurt en 1876 d’une fièvre typhoïde, laissant sa femme seule héritière de ses biens.

Devenue veuve, la marquise se fixe à Paris où elle tient durant de nombreuses années, dans son hôtel particulier de la rue Barbet-de-Jouy, un salon que fréquentent des hommes politiques de premier plan tels que Léon Gambetta, Émile Combes, Jean Jaurès ou Joseph Reinach, mais aussi des intellectuels, professeurs à l’École nationale des chartes, à l’École des hautes études ou au Collège de France, tels que Gaston Paris, Gabriel Monod, Abel Lefranc ou Joseph Bédier. Dans ce vivier intellectuel, elle côtoie des personnalités qui font partie des premiers soutiens du capitaine Dreyfus, avec qui elle entretient une abondante correspondance.

Philippe Fuzeau, médaillon portant les initiales du marquis Giammartino Arconati Visconti et contenant une photographie de Raoul Duseigneur, XIXe siècle
© MAD, Paris / Christophe Dellière

La marquise reçoit et fréquente de la même manière des conservateurs de musée, des amateurs d’art et des collectionneurs. Elle tisse notamment des relations privilégiées avec Raoul Duseigneur qui la conseille pour ses acquisitions de peintures, de sculptures, de mobilier et d’objets d’art dont un grand nombre vient enrichir les musées français.

Le Musée des Arts Décoratifs est l’un des grands bénéficiaires des dons de la marquise. Les choix de cette dernière témoignent d’un goût éclectique, comme d’un intérêt particulier pour un certain nombre de domaines et de périodes : le Moyen Âge et la Renaissance, le XVIIIe siècle et la Révolution française, et sans doute sur les conseils de Raoul Duseigneur, les arts asiatiques et islamiques.

Coffre Diane et Actéon, milieu du XVIe siècle
Paris, musée du Louvre
Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN Grand Palais / Philippe Fuzeau

Ses dons au Musée des Arts Décoratifs comprennent ainsi des boiseries, des objets d’art, des pièces d’orfèvrerie, des porcelaines de Meissen, des bijoux de la Renaissance de même que des bijoux contemporains – dont certains dus à Lalique - des fragments de vitraux médiévaux et des tapisseries du XVIIIe siècle, mais également des œuvres d’art oriental.

« Bienfaitrice des arts et des lettres », ainsi dénommée dans un hommage qui lui est rendu un an après sa mort, la marquise Arconati Visconti s’investit dans de nombreux domaines. Elle contribue de façon marquante au développement de l’enseignement supérieur et de la recherche, tant à Paris qu’en province, à travers la fondation de bourses, de prix ou de chaires et l’octroi de subventions à l’École des chartes, à l’École pratique des hautes études, au Collège de France et à plusieurs universités. Elle fait de l’université de Paris sa légataire universelle. Sa générosité s’est étendue à plusieurs bibliothèques entre lesquelles elle a réparti les ouvrages hérités de son père, de la famille de son mari ou qu’elle avait elle-même acquis ou reçus de ses amis.

Agrafe, Chine, Règne de Qianlong (1736/1796), XVIIIe siècle
© MAD, Paris / Jean Tholance

Cette exposition réunit pour la toute première fois une sélection d’oeuvres et objets lui ayant appartenu grâce au concours exceptionnel de différentes institutions auxquelles la marquise a apporté son soutien parmi lesquelles le musée du Louvre, le musée des Beaux- Arts de Lyon, la Cité de la céramique – Sèvres et Limoges, la bibliothèque municipale de Lyon. Elle rappelle également le contexte dans lequel elle a exercé son mécénat grâce aux prêts consentis par les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, la bibliothèque historique de la ville de Paris, la bibliothèque inter-universitaire de la Sorbonne et la chancellerie des universités de Paris.

Johann Christian Neuber, tabatière, Dresde, vers 1765/1770
© MAD, Paris / Jean Tholance

En mettant en lumière la marquise Arconati Visconti, femme dans un monde d’hommes, collectionneuse et philanthrope d’exception, ayant eu le souci d’enrichir le patrimoine des musées et de soutenir le développement des enseignements supérieurs, le Musée des Arts Décoratifs rend hommage à ses grands mécènes, faisant écho à l’histoire de l’institution, fondée en 1882 sous l’impulsion de collectionneurs, d’industriels, d’artistes et d’artisans.

Activités pour adultes, jeune public et en famille

Activités pour le public adulte

Pas de dates prochainement

Visite théâtralisée : En compagnie de la Marquise Arconati Visconti

Laissez-vous guider par la Marquise Arconati Visconti à la recherche du temps des salons, et de la philanthropie. Une visite en costume pour aborder une sélection d’œuvres par les mécènes qui en ont fait don au Musée des Arts Décoratifs.

Samedi 29 février 2020 de 14:30 à 16:00 Réserver

CONFÉRENCE

La marquise Arconati Visconti et les musées

« Bienfaitrice des arts et des lettres », comme le souligne Gaston Migeon dans l’hommage qu’il lui rend en 1924 lors de l’assemblée générale de la Société des amis du Louvre dont elle a été un membre actif, la marquise Arconati Visconti (1840-1923), née Marie Peyrat, est devenue en 1873 par la mort de son mari Giamartino Arconati Visconti qu’elle avait rencontré sur les bancs de l’École des chartes, l’unique héritière d’une des plus grandes familles italiennes. Après son retour à Paris, la marquise a prodigué ses « bienfaits » à différents établissements de « haut enseignement » et à plusieurs universités, et notamment à celle de Paris qu’elle a instituée sa légataire universelle en 1923, mais sa générosité s’est également étendue aux musées, tant à Paris qu’en province. Les nombreux dons qu’elle a consentis à partir de 1892 au musée du Louvre, au Musée des Arts Décoratifs, au musée Carnavalet et au musée de Sèvres ainsi qu’aux musées des beaux-arts de Lyon et d’Angers témoignent tout autant de sa passion pour les arts du Moyen Âge et de la Renaissance, des XVIIe et XVIIIe siècles, mais aussi pour les arts asiatiques et islamiques, que de son souci d’enrichir, en les complétant, les collections de ces différents musées.

Avec Thérèse Charmasson, conservateur en chef du patrimoine (archives) honoraire.

Mercredi 4 mars 2020 de 18:30 à 20:00 Réserver

Activités pour les groupes

Visites guidées
Tous les groupes souhaitant effectuer une visite guidée ou une visite libre doivent effectuer une réservation préalable.
Des visites guidées (1h30) peuvent être programmées en français, anglais ou allemand, à la demande des groupes, avec un(e) conférencier(e) spécialisé(e) du musée.
Des visites guidées spécialement adaptées sont proposées au public déficient visuel.

Coût d’une visite guidée en français 120 € / groupe de 25 personnes maximum + entrée TR à l’exposition
Coût d’une visite guidée en langue étrangère 125 € / groupe de 25 personnes maximum + entrée TR à l’exposition

Les écoles professionnelles bénéficient de tarifs spécifiques, sur réservation uniquement :

Visite guidée (1h) en français 80 € / groupe de 25 personnes maximum (visite et entrées incluses)
Visite guidée (1h) en langue étrangère 88 € / groupe de 25 personnes maximum (visite et entrées incluses)
Tarif de visite libre (sans visite) 30 € / groupe de 25 personnes maximum

Visites libres
La réservation des visites libres en groupe (sans conférencier du MAD) s’effectue désormais uniquement en ligne : cliquez ici.

Après règlement de votre commande, vous obtiendrez une autorisation de visite à présenter (et ajuster si besoin) en caisse lors de votre venue.

Information

Vous pouvez contacter le département pédagogique et culturel du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et les mardi et jeudi de 14h30 à 17h30.

Public - de 18 ans, familles
• tél. : 01 44 55 59 25 / 59 75
• courriel : jeune@madparis.fr

Public + de 18 ans, étudiants
• tél. : 01 44 55 59 26 / 59 75
• courriel : adac@madparis.fr

Visites libres pour les groupes
• tél. : 01 44 55 59 75
• courriel : visitelibre@madparis.fr

Tout courrier est à adresser au Département pédagogique et culturel, (précisez le type de public concerné) MAD, 107 rue de Rivoli, 75001 Paris


Si vous souhaitez avoir des renseignement sur la salle de conférences, cliquez ici
• tél. : 01 44 55 59 75
• courriel : conference@madparis.fr

Découvrez les autres activités proposées par le département pédagogique et culturel.