Cyndi Sherman (née en 1954) pour Artes Magnus (États-Unis), Soupière et plateau Madame de Pompadour née Poisson (1721-1764), 1990

Cyndi Sherman (née en 1954) pour Artes Magnus (États-Unis), Soupière et plateau Madame de Pompadour née Poisson (1721-1764), 1990

Limoges, Ancienne Manufacture Royale
Porcelaine, impression sérigraphique
Numéroté 21/V 25
Don Pierre-André Maus, 2023
Inv. 2023.111.1.1-3
© Les Arts Décoratifs / photo : Christophe Dellière

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque

Cindy Sherman plus connue pour ses photographies interroge ici le rôle et l’influence de la femme. Cette soupière s’inscrit dans la série des Historical Portraits (1988-1990) pour laquelle l’artiste prend la pose, inspirée des tableaux de maîtres anciens. Vêtue à la manière du XVIIIe, elle pastiche madame de Pompadour, favorite de Louis XV. La forme de cette soupière, emblématique du style rocaille qui rayonna dans toute l’Europe, est une variante de celles dessinées par l’orfèvre Jean-Claude Duplessis pour la manufacture de Sèvres. Elle a été réalisée en 25 exemplaires de chacune des couleurs (vert, rose, bleu et jaune) qui font écho à celles qui firent la renommée de Sèvres. Enfin, mêlés au décor, des poissons stylisés sont un clin d’œil au véritable patronyme de la Pompadour née Poisson.

L’ouverture du couvercle révèle une surprise : le fond de la soupière est orné d’une photographie de poissons factices et de rangs de perles. Ultime clin d’oeil, Cindy Sherman s’est amusée à coller des yeux en plastique sur les poissons. Il s’agit d’une double allusion au contenu de la soupière et au patronyme de Madame de Pompadour, maîtresse du roi. De son vivant, elle fit l’objet de vives critiques, ses détracteurs allant jusqu’à rédiger des chansons et des poèmes comme Les Poissonnades, en 1749, attribuées à Jean- Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine.

Suivez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter

fond=article-collection}{id_article}{env}