La naissance des grands magasins. Mode, design, jouets, publicité, 1852-1925

du 10 avril au 13 octobre 2024

Le musée des Arts décoratifs consacre, du 10 avril au 13 octobre 2024, une exposition à la naissance des grands magasins, qui deviennent au milieu du XIXe siècle les nouveaux temples de la modernité et de la consommation. Au Bon Marché, Les Grands Magasins du Louvre, Au Printemps, La Samaritaine, et Les Galeries Lafayette dévoilent leurs facettes à travers l’histoire, la politique et la société, du Second Empire jusqu’à leur consécration lors de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925.

Acheter un billet

• Billetterie individuelle

Pratique

Musée des Arts décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Tél. : +33 (0)1 44 55 57 50
Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries
Bus : 21, 27, 39, 68, 69, 72, 95

• Plan d’accès
• Horaires et tarifs


#Expo_GrandsMagasins

Commissaire
• Amélie GASTAUT, conservatrice en chef, collections publicité et graphisme

Présentation

Une grande partie des 700 œuvres allant des affiches aux vêtements, jouets et pièces d’art décoratifs, issues des collections du musée, permettent de comprendre l’évolution du commerce parisien à partir de 1852. Initié par des entrepreneurs audacieux, ce nouveau concept commercial engendre la création d’espaces dédiés à la femme, bouleversant le panorama de la vente et préfigurant l’avènement de la société de consommation. L’émergence de la mode et sa démocratisation, l’invention des soldes, l’enfant en tant que nouvel objet marketing mais aussi le développement de la vente par correspondance, constituent autant de thèmes développés au fil d’un parcours riche en découvertes.

Jules Jean Chéret (1836-1932), Aux Buttes Chaumont, 1888
Affiche, lithographie
© Les Arts Décoratifs / photo : Christophe Dellière

Le Second Empire : une modernité spectaculaire

Dès les années 1850, les grands magasins jettent les bases du commerce moderne et de la société de consommation dans un contexte d’essor économique. Leur naissance est directement liée aux réformes structurelles et à la politique économique volontariste mises en place par Napoléon III afin de moderniser la France. Les transformations urbaines du Paris d’Haussmann sont immortalisées dans les photographies de Charles Marville, le développement des chemins de fer par de nombreuses affiches touristiques vantant les nouvelles destinations de villégiatures. Les grands magasins profitent de l’ascension de la bourgeoisie qui est leur première clientèle. Dans une société où se mettent en place les prémices d’une culture de masse et la naissance progressive d’une certaine modernité des loisirs, « Faire les magasins » devient, à l’instar du théâtre, du bal, du café, ou du concert, une nouvelle distraction bourgeoise. Ces grands magasins sont désormais le « royaume de la femme » décrit par Émile Zola dans ses carnets préparatoires à l’écriture d’Au Bonheur des Dames.

Au Bon Marché, Sac à main et sa boîte, 1910-1919
Taffetas de soie façonné, imprimé sur chaîne, métal doré et satin de soie
© Les Arts Décoratifs / photo : Christophe Dellière

Le grand magasin : une révolution commerciale

Zola s’inspire directement d’Aristide Boucicaut, fondateur du premier grand magasin parisien, le Bon Marché, qu’il inaugure en 1852. Portraituré en 1875 par William Bouguereau, représentant majeur de la peinture académique, Aristide Boucicaut est le modèle de l’entrepreneur du Second Empire. Il jette les bases du commerce moderne avec des innovations commerciales majeures comme la démocratisation de la mode, l’invention des soldes et des expositions de saisons, ou encore l’enfant comme nouvelle cible commerciale et la vente par correspondance.

Anonyme, Robe en deux parties, 1860-1865
Faille de soie et taffetas
© Les Arts Décoratifs / photo : Jean Tholance

La démocratisation de la mode : la figure de la Parisienne

Le XIXe, siècle du flâneur baudelairien, est aussi celui de la Parisienne, figure mythifiée et protéiforme, dont l’ombre marque les murs des grands magasins de la capitale. Ces temples séduisent la Parisienne, elle peut toucher, regarder et essayer. Une affiche d’Henri Thiriet destinée à promouvoir une exposition de « blanc » à la Place Clichy montre le rapport tactile à la marchandise exposée. Le modèle économique sur lequel reposent les établissements – notamment la réduction des coûts de revient – rend possible la mise en place de prix défiants toute concurrence. Une grande partie de la population, française et étrangère, accède alors à des biens jusqu’alors réservés aux élites. L’habillement, dont la production se mécanise et se rationalise progressivement, n’échappe pas à ce processus de démocratisation. Les Grands Magasins du Louvre se flattent notamment d’exercer une influence sur la mode, arguant ne pas la copier mais de la créer. Certains grands magasins reprennent toutefois des modèles de couturiers et de haute couture telle une robe des Trois Quartiers datée de 1810 qui n’est pas sans évoquer les créations de Paul Poiret.

Anonyme, Cheval tricycle, France, 1880-1900
Fer, bois et cuir
© Les Arts Décoratifs / photo : Christophe Dellière

L’enfant comme nouvelle cible

L’apparition de rayons destinés aux enfants fait écho à la place grandissante qu’ils prennent dans la famille au XIXe siècle. Cette évolution socio-psychologique se lit dans la culture matérielle de l’époque : leurs vêtements se différencient progressivement de ceux des adultes et les jouets, comme l’illustre un habit de marin de 1910 de la Belle Jardinière ou celui dit de Highlander (1907) des Trois Quartiers. L’enfant devient rapidement une nouvelle cible, on lui propose des jeux d’optique, de construction et d’imitation mimant les métiers ou les activités de la vie quotidienne à l’image d’une machine à coudre miniature Singer.

La vente par correspondance

Au Bon Marché, Aristide Boucicaut met en place la vente par correspondance afin d’écouler une marchandise dont la production ne cesse de croître. Les catalogues de vente, richement illustrés, concourent aussi à élargir la clientèle sur le territoire et à l’étranger. Une affiche de Ferdinand Lunel rend compte de la façon dont étaient acheminées les commandes de la Place Clichy à la banlieue parisienne. Un uniforme des Trois Quartiers illustre l’univers des livreurs. D’abord annuels, ces catalogues tirés en très grand nombre, deviennent rapidement saisonniers, se multipliant avec le développement des rayons – arts ménagers, orfèvrerie, porcelaine, éclairage, tapisserie et décoration, articles de voyages. Ils permettent de suivre l’évolution des modes de vie et des goûts de la bourgeoisie en termes de mode, de décoration, d’art ménager, mais aussi de loisirs.

Maurice Dufrêne (1876-1955), Coiffeuse de la chambre à coucher de Monsieur et Madame Pierre Levasseur, vers 1921
Bois, bronze et nacre
© Les Arts Décoratifs / photo : Jean Tholance

Les ateliers d’art

La création des ateliers d’art dans les grands magasins est un phénomène qui émerge dans l’entre-deux-guerres, avec l’apparition d’une nouvelle génération de créateurs soucieux de se regrouper et de renouveler la place des arts décoratifs. Le Printemps fait figure de pionnier en inaugurant, en 1912, l’atelier de création Primavera. Spécialisé dans la production de meubles et d’objets d’art en série, cet atelier propose des objets de décoration et du mobilier moderne à des prix abordables. Il recrute de jeunes artistes issus des écoles d’arts appliqués sensibles aux nouvelles tendances esthétiques. En 1921, les Galeries Lafayette confient la direction de leur atelier, La Maîtrise, à Maurice Dufrêne (1876-1955). Le Bon Marché initie quant à lui l’atelier Pomone, d’abord dirigé par Paul Follot (1877-1941). Enfin, Les Grands Magasins du Louvre créent le Studium‑Louvre en 1923. Étienne Kohlmann (1903-1988) prend la direction artistique du Studium en 1927 mais produit desœuvres pour cet atelier avant cette date. Un buffet d’exception présenté dans l’exposition, créé vers 1924, témoigne de cette implication.

Leonetto Cappiello (1875-1942), Au Louvre. Jouets et étrennes, 1922
Affiche, lithographie
© Les Arts Décoratifs / photo : Jean Tholance

L’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925

L’événement symbolisant l’apogée de ces ateliers d’art est l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925. Chaque grand magasin dispose alors d’un pavillon monumental lui permettant de promouvoir ses plus belles créations en matière de mobilier, céramique, textile, verre et autres objets décoratifs. Des photographies d’Albin Salaün et de François-Antoine Vizzavona rendent compte de la beauté de ces bâtiments, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Pièces de mode, objets de mobilier, jouets et autres affiches publicitaires réunis au musée des Arts décoratifs racontent l’histoire d’une naissance, celle des grands magasins, mais aussi de toute une époque. Ce nouveau panorama commercial moderne dans le Paris d’Haussmann donne une nouvelle place à la femme en lui offrant des espaces réservés. Dans ces lieux d’un nouveau genre émerge la figure de la Parisienne, mythe de beauté et d’élégance encore très vivace aujourd’hui. Véritable bouillonnement d’inventions et de créativité, l’exposition met en lumière la place fondamentale des grands magasins dans le paysage parisien, de la Belle Époque aux Années folles.

Activités pour adultes, jeune public et en famille

Individuels ADULTES

Visite guidée adultes (15 ans et +)
La naissance des grands magasins. Mode, design, jouets, publicité, 1852-1925

À travers l’aventure des grands magasins, de leur naissance au Second Empire à leur consécration lors de l’Exposition universelle des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925, la visite révèle les transformations économiques et les mutations sociales qui traversent la société française. Du Bon Marché à la Samaritaine et du Printemps aux Galeries Lafayette c’est aussi l’occasion de plonger dans le Paris du Bonheur des dames.

DURÉE : 1H30

Henri Thiriet, Affiche « Exposition de Blanc Lundi 31 Janvier. A la Place Clichy » (détail), vers 1899. Papier, lithographie couleur. Legs Roger Braun, 1941. Inv. 12750.1 © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

Jeudi 18 avril 2024 de 18:30 à 20:00 Réserver
Samedi 20 avril 2024 de 15:00 à 16:30 Réserver

Individuels JEUNES ET FAMILLES

Atelier 4-6 ans
Souvenir des grands magasins

On trouve tout dans les grands magasins ! La découverte des jouets, vêtements, meubles à la mode au début du XXe siècle inspire aux enfants la réalisation d’un éventail, objet souvenir de l’exposition.

DURÉE : 2H

Jean-Gabriel Domergue, Éventail publicitaire « Le bas Tigre aux Galeries Lafayette », 1919. Papier, bois, métal, lithographie couleur © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

Mardi 16 avril 2024 de 10:30 à 12:30 Réserver
Jeudi 18 avril 2024 de 14:30 à 16:30 Réserver

Atelier 7-10 ans
Souvenir des grands magasins

On trouve tout dans les grands magasins ! La découverte des jouets, vêtements, meubles à la mode au début du XXe siècle inspire aux enfants la réalisation d’un éventail, objet souvenir de l’exposition.

DURÉE : 2H

Jean-Gabriel Domergue, Éventail publicitaire « Le bas Tigre aux Galeries Lafayette », 1919. Papier, bois, métal, lithographie couleur © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

Mardi 16 avril 2024 de 14:30 à 16:30 Réserver
Jeudi 18 avril 2024 de 10:30 à 12:30 Réserver

Atelier 11-14 ans
Un décor pour une vitrine

Les grands magasins rivalisent de créativité dans la composition de vitrines aux univers enchanteurs. En atelier, chacun est amené à imaginer son projet pour un décor de vitrine inspiré par la découverte de la scénographie de l’exposition.

DURÉE : 2H

Jean-Gabriel Domergue, Éventail publicitaire « Le bas Tigre aux Galeries Lafayette », 1919. Papier, bois, métal, lithographie couleur © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

Mercredi 17 avril 2024 de 14:30 à 16:30 Réserver

Atelier en famille (4 ans et +)
Souvenir des grands magasins

On trouve tout dans les grands magasins ! La découverte des jouets, vêtements, meubles à la mode au début du XXe siècle inspire aux enfants la réalisation d’un éventail, objet souvenir de l’exposition.

DURÉE : 2H

Jean-Gabriel Domergue, Éventail publicitaire « Le bas Tigre aux Galeries Lafayette », 1919. Papier, bois, métal, lithographie couleur © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

Mercredi 17 avril 2024 de 10:30 à 12:30 Réserver

INFORMATION

Vous pouvez contacter le service des publics du lundi au vendredi de 10h-13h et 14h-16h :
• par tél. au 01 44 55 59 75
• par courriel : billetterie@madparis.fr

Tout courrier est à adresser au Service des Publics, Les Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 75001 Paris.


Découvrez les autres activités proposées par le service des Publics.

Activités pour les groupes

GROUPES ADULTES

Visite guidée adulte en français et en anglais – 1h30 / 15 ans et +
La naissance des grands magasins

À travers l’aventure des grands magasins, de leur naissance au Second Empire à leur consécration lors de l’Exposition universelle des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925, la visite révèle les transformations économiques et les mutations sociales qui traversent la société française.  Du Bon Marché à la Samaritaine et du Printemps aux Galeries Lafayette c’est aussi l’occasion de plonger dans le Paris du Bonheur des dames.


Visite-atelier champ social adultes
Un décor pour une vitrine

Les grands magasins rivalisent de créativité dans la composition de vitrines aux univers enchanteurs. En atelier, chacun est amené à imaginer son projet pour un décor de vitrine inspiré par la découverte de la scénographie de l’exposition.

GROUPES ÉDUCATION

Visite guidée – 1h30 / À partir du Lycée
La naissance des grands magasins

À travers l’aventure des grands magasins, de leur naissance au Second Empire à leur consécration lors de l’Exposition universelle des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925, la visite révèle les transformations économiques et les mutations sociales qui traversent la société française.  Du Bon Marché à la Samaritaine et du Printemps aux Galeries Lafayette c’est aussi l’occasion de plonger dans le Paris du Bonheur des dames.


Visite-atelier - 2h / Primaire et familles
Souvenir des grands magasins

À partir de la moyenne section
On trouve tout dans les grands magasins ! La découverte des jouets, vêtements, meubles à la mode au début du XXe siècle inspire aux enfants la réalisation d’un éventail, objet souvenir de l’exposition.


Visite-atelier - 2h / Collèges, lycées, enseignement supérieur et familles
Un décor pour une vitrine

Les grands magasins rivalisent de créativité dans la composition de vitrines aux univers enchanteurs. En atelier, chacun est amené à imaginer son projet pour un décor de vitrine inspiré par la découverte de la scénographie de l’exposition.

INFORMATION / Réservation

Horaires des visites et activités en groupe :
• Jeunes (scolaires et loisirs) : du mardi au vendredi à partir de 10h
• Champ social et handicap  : du mardi au vendredi à partir de 10h
• Adultes  : du mardi au vendredi à partir de 11h


Vous pouvez contacter le service des publics du lundi au vendredi de 10h-13h et 14h-16h :
• par tél. au 01 44 55 57 66
• par courriel : reservation@madparis.fr

Tout courrier est à adresser au Service des Publics, Les Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 75001 Paris.

Fiche de pré-réservation Groupes jeunes loisirs et scolaires
Télécharger (53.3 ko)
Fiche de pré-réservation Groupe étudiants
Télécharger (51.7 ko)
Fiche de pré-réservation Groupe adultes association
Télécharger (51.2 ko)
Fiche de pré-réservation Groupe adultes entreprise
Télécharger (52.6 ko)
Fiche de pré-réservation Groupe adultes champ social
Télécharger (50.7 ko)
Fiche de pré-réservation Groupe en situation de handicap
Télécharger (51.2 ko)

Merci de nous envoyer la fiche de pré-réservation remplie à reservation@madparis.fr.

Visites libres

Pour les groupes déjà constitués (20 personnes max. et classes entières pour les scolaires) avec leur propre conférencier (extérieur aux Arts Décoratifs) ou sans conférencier : rendez-vous à la page Groupes en visite libre.

Suivez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter