COUVREZ LA BOUTIQUE EN LIGNE : BOUTIQUE.MADPARIS.FR


La librairie-boutique fait écho à l’actualité du Musée des Arts Décoratifs en présentant à l’entrée du magasin une sélection d’objets souvent exclusifs, choisis en lien avec les expositions temporaires.

La boutique
© MAD, Paris / Christophe Dellière

Confié à Mathilde Brétillot, l’aménagement de la boutique favorise les présentations événementielles grâce à un mobilier extrêmement modulable. Les vitrines donnant sur la rue de Rivoli sont constamment renouvelées et mises en scène par des grands noms de la création.

Toutes les spécialités des arts décoratifs sont naturellement présentées, faisant la part belle aux savoirs-faire patrimoniaux de « petites grandes maisons », en particulier françaises, et à la tradition ornementale.

La librairie
© MAD, Paris / Christophe Dellière

Le design et l’avant-garde sont également au cœur de la sélection et des découvertes proposées par la librairie-boutique : bijou, objet de mode, objet décoratif, univers de l’enfant, sélection de livres, graphisme et papeterie... Scène active pour la jeune création, la librairie-boutique devient ainsi un espace de recherche autant que d’expression.

Au dialogue du beau et de l’utile se mêle ainsi l’accent de la découverte pour faire du la librairie-boutique l’avant-scène du musée des Arts décoratifs.


Jeudi 29 septembre, 18h30-20h30
SIGNATURE « ELSA SCHIAPARELLI L’EXTRAVAGANTE » PAR ÉLISABETH DE FEYDEAU

Comment a-t-on pu si longtemps oublier l’œuvre d’Elsa Schiaparelli ? Elle qui, tour à tour, a inventé la couture spectacle, la démesure, qui a reformulé les normes de l’élégance, celles de la beauté… Issue de l’aristocratie, descendante des Médicis, la « jolie laide », comme l’ histoire s’en souviendra, a grandi dans un palais romain auprès d’une mère mal aimante. Originale sans nul doute, la petite fille qui se faisait pousser des fleurs dans les oreilles se trouvera à son aise dans le milieu des artistes qu’elle fréquente plus tard, à New York d’abord, puis à Paris. C’est une autre famille en effet, celle de l’avant-garde artistique, qui l’encourage à exprimer sa créativité à la pointe de la modernité. Car, en 1935, le chic excentrique est à la mode et les collaborateurs d’Elsa Schiaparelli se nomment Dalí, Elsa Triolet, Giacometti, Cocteau… Inspirée par le surréalisme ou la photographie, la créatrice s’entoure des meilleurs pour affirmer sa vision du monde : « C’est à partir des petits faits, des événements politiques qu’on crée la mode, pas en raccourcissant ou en allongeant les jupes », aimait-elle à professer. Par-delà l’allusion à son éternelle rivale Coco Chanel, ce manifeste lui apportera le succès dans une aventure absolue à laquelle elle mettra elle-même un terme en 1954.

Élisabeth de Feydeau est écrivain, historienne, spécialiste des parfums. On lui doit notamment la biographie du parfumeur de Marie-Antoinette, Jean-Louis Fargeon, et la somme Parfums, histoire, anthologie, dictionnaire (Robert Laffont, collection Bouquins). Aux éditions Flammarion, elle a signé Le Roman des Guerlain, parfumeurs de Paris (2017) et récemment un Dictionnaire amoureux des parfums.

Suivez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter

fond=article-normal}{id_article}{env}