Le musée des Arts décoratifs rend hommage au travail d’Étienne Robial avec une exposition rétrospective présentée du 10 novembre 2022 au 11 juin 2023. « étienne + robial. graphisme & collection, de futuropolis à canal+ » retrace la carrière exceptionnelle de ce créateur prolifique et éclectique à travers des affiches, dessins, vidéos, livres, pièces de mobilier. Graphiste, éditeur, directeur artistique, enseignant, collectionneur, Étienne Robial a marqué le paysage audiovisuel français de ces 50 dernières années en inventant le concept d’habillage télévisuel et en réalisant notamment ceux de Canal+ et M6. Il participe à la reconnaissance de la bande dessinée d’auteur en fondant la maison d’édition Futuropolis. Il revisite et crée les maquettes de plusieurs magazines tels que Métal Hurlant, (A Suivre), Télérama, Les Inrockuptibles et plus récemment, L’Équipe. L’exposition restitue son univers graphique en faisant dialoguer ses projets professionnels avec des pièces de sa collection personnelle (livres, objets d’art, luminaires, ustensiles insolites…), dans une scénographie signée Kevin Lebouvier.

Logo de la chaîne M6, On/Off productions, 1987
© Étienne Robial

Né à Rouen en 1945, Étienne Robial se forme à l’école des Beaux-Arts de Rouen et à l’école des Arts et Métiers de Vevey en Suisse. Il débute sa carrière en 1970 en tant que directeur artistique pour les disques Barclay, les éditions Flipacchi... Il participe à la première formule du Point, réinvente celle de Télérama.

Tardi, un des premiers titres Futuropolis
© Étienne Robial

En 1972, après avoir racheté une librairie, il co-fonde Futuropolis avec Florence Cestac. Il œuvre pour faire connaître et reconnaître la bande dessinée d’auteur : Tardi, Bilal, Moebius, Götting, Joost Swarte, Ever Meulen, Baudoin, Menu, Chauzy, Jeanne Puchol, Miles Hyman... Il poursuit son activité d’éditeur jusqu’en 1994 avant de céder sa maison aux éditions Gallimard.

Parallèlement à l’aventure Futuropolis, il fonde le studio On/Off en 1982 où il conçoit les habillages pour les grandes chaînes de télévision, parmi lesquelles Canal+, dont il est directeur artistique général depuis sa création en 1984. Il conçoit le logo des chaînes du groupe, 4700 génériques et un système graphique reconnaissable entre tous.

Logo de la chaîne La Sept, On/Off productions, 1986
© Étienne Robial

On lui doit également les habillages de La Sept (1986), M6 (1987), mais aussi RTL9 (1995) et I-Télé (2003). Plus récemment, il signe les maquettes des Inrockuptibles et de la marque L’Équipe. Il réalise aussi les identités graphiques de diverses institutions sportives ou culturelles – le PSG, le CNC, le RSA – où il perfectionne les systèmes graphiques évolutifs. En 2006, il reçoit le Promax Broadcast Design outstanding achievement Award.

Il enseigne depuis 26 ans à Penninghen, école de direction artistique, de communication et d’architecture intérieure.

L’exposition, thématique, retrace la carrière d’Étienne Robial depuis la période de Futuropolis (de 1972 à 1994) à celle des années Canal+ avec la fondation du studio On/Off (de 1982 à aujourd’hui).

Logo de la marque L’Équipe, On/Off productions, 2016
© Étienne Robial

Les années Futuropolis inaugurent le parcours de l’exposition. Cette partie apporte un éclairage sur le travail d’éditeur d’avant-garde de bande dessinée à travers une sélection de collections de livres des grands auteurs ainsi que des dessins, catalogues et supports publicitaires.

L’exposition dévoile également les influences et l’univers artistique et intime du créateur. Collectionneur invétéré, Étienne Robial a rassemblé une immense collection de pièces de design des mouvements modernistes et fonctionnalistes du XXe siècle (chaises de Mallet-Stevens, de Mart Stam, de Gerrit Rietveld, verreries de Wilhelm Wagenfeld, lampe de Marianne Brandt, réveils et calculatrices de Dieter Rams pour Braun…) qui ponctuent le parcours au même titre que les outils indispensables à toute création graphique : règles, équerres et tés, tire-lignes, compas, crayons, porte-mines...

  • (A SUIVRE), couverture, 1977
    © Étienne Robial
  • Métal Hurlant, couverture, 1975
    © Étienne Robial

Ses bibliothèque de livres, ici reconstituées avec des collections telles que le Club du livre ou la Série Noire, dévoilent ses références, ses sources d’inspiration et ses « héros » : Kasimir Malevitch, Jean Arp, Theo van Doesburg, Josef Albers, Paul Rand, Max Bill, Willem Sandberg, Bruno Munari, Ed Ruscha…

Une section est consacrée à la pédagogie et à la façon particulière avec laquelle Étienne Robial enseigne la conception graphique à ses élèves.

Le parcours s’achève sur les trois grands principes fondamentaux de l’univers graphique d’Étienne Robial : forme, couleur et alphabet. Chacun d’eux étant associé dans ce qui structure son travail, le gabarit et le tracé régulateur.

Le musée des Arts décoratifs, qui conserve l’une des plus riches et plus anciennes collections de graphisme en France du XIXe siècle à nos jours, est heureux de présenter au public la première grande rétrospective d’un créateur majeur de la scène graphique française contemporaine. L’institution poursuit ainsi son cycle d’expositions sur les graphistes de la scène contemporaine à qui elle a rendu hommage avec « Antoine+Manuel, graphiste et designer » (2009), « Michal Batory, artisan de l’affiche » (2011), « Typorama, Philippe Apeloig » (2013), et plus récemment « Roman Cieslewicz, la fabrique des images » (2018).

Suivez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter

fond=article-normal}{id_article}{env}