« J’ai eu la chance de passer le confinement à la campagne, en Bretagne, où j’ai pu observer pendant ce printemps la nature progresser comme en slow motion. Chaque jour une éclosion, une invasion, une transformation lente. La nature prenant son essor, comme une chrysalide. J’ai alors choisi de ne pas résister à cette contrainte de l’enfermement, et de formellement “laisser filer” sur ma toile, la technique et le sujet ne faisant qu’un, pour représenter ce qui allait sortir du cocon dans lequel nous nous trouvions tous : un papillon. Une promesse de se rêver autrement, de faire corps avec la nature, de papillonner un instant avant la mort annoncée de notre espèce. »

“I was fortunate to spend the confinement in the countryside, in Brittany, where I was able to observe the springtime progression of nature as if in slow motion. Each day a slow blooming, invasion, transformation. Nature flourishing, like a chrysalis. So, I chose not to resist this constraint of enclosure, and to formally “unwind” on my canvas, the technique and the subject becoming one, to represent what was going to emerge from the cocoon in which we all found ourselves : a butterfly. A promise to imagine oneself differently, to become one with nature, to flutter around for a moment before the inevitable death of our species.”

Papillon #1
Mathieu Ducournau (né en 1965 au Maroc)
France
2020
Jeté de fils de coton sur toile
Prêt Galerie Chevalier, Paris