Diplômé de l’École nationale des beaux-arts de San Alejandro et de l’École supérieure des arts et métiers de La Havane en 1957, René Azcuy Cárdenas débute sa carrière professionnelle comme illustrateur pour des agences de publicité avant d’intégrer la Cité du sport pour laquelle il réalise des affiches. En 1963, Saul Yelin, membre fondateur de l’ICAIC aux côtés d’Alfredo Guevara, l’intègre dans l’équipe des graphistes. En charge au départ de la réalisation des annonces presse et des communiqués de presse pour le Distributeur National des Films, il se voit rapidement confier la conception d’affiches de cinéma. Jusqu’en 1983, René Azcuy Cárdenas crée plus de 250 affiches pour l’ICAIC.

René Azcuy Cárdenas, En el cielo y en la tierra
Dirección : Julian Dziedzina, ICAIC, 1975. Sérigraphie
© MAD, Paris

Si ses premières affiches font appel à l’illustration, à une gamme de couleurs vives et à l’humour, il faut attendre 1970 pour qu’il trouve son style graphique, qui lui vaudra le surnom de « Negro Azcuy » : sa gamme chromatique se réduit à l’utilisation essentielle du blanc et du noir, il délaisse l’illustration pour l’utilisation de la photographie qu’il récupère dans des magazines, qu’il recadre en gros plan et dont il accentue les contrastes pour éliminer les détails et jouer avec la trame.

Parallèlement à son travail au sein de l’ICAIC, Azcuy Cárdenas entame, en 1971, une carrière d’enseignant, au sein de l’École d’architecture de La Havane et de l’Institut supérieur polytechnique José Antonio Echeverria. En 1983, il quitte l’ICAIC pour rejoindre l’Union des écrivains et des artistes, qui relève du ministère de la Culture. Il s’implique principalement à la préparation de la loi 106 pour l’amélioration du statut social des artistes cubains, qui est promulguée en 1988. À partir de 1992, il se consacre exclusivement à sa carrière de professeur au sein de l’Université de Benemeritas de Puebla, au Mexique où il s’installe avant de rejoindre sa famille à Miami.