Les arts appliqués japonais : l’artisanat d’art à l’âge de la modernisation

Par Moroyama Masanori

Modernisation de l’artisanat d’art au XXe siècle, de la seconde moitié de l’ère Meiji à l’ère Taishō

(...) Vers le milieu de l’ère Meiji, les tendances nationalistes s’étendent rapidement à l’ensemble de la culture et un fort mouvement invite à mettre sur le même plan les arts appliqués et les beaux-arts. (...) Cependant, lors de l’Exposition universelle de 1900, symbolisant l’avènement de l’Art nouveau, les arts appliqués connaissent un vif revers. Devenu trop stéréotypé dans l’intention de répondre aux goûts des Occidentaux, il perd de son originalité et ne suscite plus le même intérêt. (…) Au début de l’ère Taishō, lassés des conventions immuables de l’art du thé, les artistes s’inspirent des nouvelles tendances venues d’Occident mais aussi de l’essor de la recherche scientifique et du climat propice aux nouvelles idées. (...)

Le renouveau du monde des arts industriels au début de l’ère Shōwa

(...) Les jeunes artistes Takamura, Yamazaki, Matsuda, Kitahara, Hirokawa, et Kusube Yaichi revendiquent l’abolition du conservatisme traditionnel routinier et prônent une modernisation de l’artisanat (...).

Toujours au début de l’ère Shōwa, au même moment que ces grandes réformes autour de l’artisanat, Yanagi, Kawai Kanjirō et Hamada Shōji créent le néologisme « Mingei », né de l’abréviation de Minshū no tsukau kōgeihin (objets d’art utilisés par le peuple) ou de Minshūteki kōgei. (...) Ils le définissent comme « un art vivant, simple et sain, né de la nature ». (...)

Yamazaki Kakutaro, paravent à deux feuilles « Singes (Saru) », Japon, 1939
Laque polychrome et maki-e
© Tokyo University of the Arts Courtesy of Tokyo University of the Arts

Les arts industriels au crépuscule de l’ère shōwa

(…) À l’issue de la Seconde Guerre mondiale (fin de l’ere Shōwa), et après la confusion économique et morale des années 1950 jusqu’au début des années 1970, le Japon se dote d’un nouveau système politique et social. L’économie connaît alors une croissance exceptionnelle et les consciences évoluent. Les jeunes artistes et leurs aînés, imprégnés du libéralisme économique, de la démocratie et des tendances contemporaines venues d’Occident en matière culturelle et artistique, proposent un nouveau point de vue sur la vie quotidienne et sur la société. (…)

Les arts appliqués contemporains

Aujourd’hui, les arts appliqués japonais atteignent des sommets grâce aux techniques traditionnelles. (...) Ses créateurs ne se cantonnent pas à l’héritage de techniques d’excellence, ils sont en quête de la forme et du design correspondant à leur époque. Tout en conservant la tradition, ils revendiquent une création originale aux formes renouvelées, et se font les pionniers de l’artisanat d’art moderne. (...) Tant les artistes s’inspirant de la tradition que les artistes modernes prennent aujourd’hui une dimension internationale. Ils portent la culture traditionnelle, essence de l’artisanat d’art japonais, tout en incarnant son renouveau.