« J’ai été, pendant de longues années, l’ami intime de M. Pérignon et j’ai navigué sur ses yachts La Fauvette no1 et La Fauvette no2 », témoigne Moïse de Camondo dans un courrier1. La Fauvette est le premier vapeur de plaisance français réellement important. Construit en 1869 pour le riche ingénieur Eugène Pérignon2, c’est un yacht de 214 tonneaux pour 38,3 mètres de long. Passion onéreuse et de ce fait réservée à une élite extrêmement fortunée, le yachting naît à partir de 1860, en même temps que se développent les premiers transatlantiques. Sans doute sous l’égide de son ami Pérignon, Moïse de Camondo adopte avec passion ce nouveau loisir. En 1886, il achète avec Anselme Halphen3 un yacht vapeur de quinze tonneaux en bois, un deux mâts de 21 mètres de long et 3,40 mètres de large, qui est attaché au port de Rouen. Construit en Angleterre deux ans auparavant, il est dénommé le Rover (ill. 6). Composé d’un capitaine assisté de trois matelots, l’équipage emmène ses passagers caboter dans la Manche et croiser dans l’Atlantique, le contrat d’assurance précisant qu’il peut aller jusqu’aux îles Madère et aux Açores.

En avril 1895, trois ans après avoir revendu le Rover, Moïse de Camondo achète en copropriété avec son beau-père Louis Cahen d’Anvers, un yacht à vapeur de 301 tonneaux, le Géraldine. C’est une luxueuse goélette à hélice, un trois-mâts de 43 mètres qui n’a rien à voir avec le modeste Rover ! Un équipage de quinze hommes est nécessaire pour le manœuvrer. Deux cuisiniers et un garçon de cabine s’occupent de l’intendance à bord. Un maître d’hôtel est embarqué lors des croisières. Ancré au Havre, il cabote dans la Manche et la mer du Nord pendant les étés 1895-1896, puis est ancré à Marseille pour sillonner la Méditerranée. Au printemps 1897, le Géraldine est revendu au roi du Portugal. La séparation de Moïse de Camondo et de sa femme Irène, née Cahen d’Anvers, en est sans doute la cause. Par la suite, le comte se contente de participer à des croisières d’agrément organisées par des compagnies maritimes sur des paquebots-yachts.

1AMNC, L.C.43, correspondance de Moïse de Camondo, 9 septembre 1933.

2Eugène-Anatole Pérignon (1832-1900), armateur du steamer Fauvette et vice-président du Yacht Club de France.

3Cousin germain de Moïse de Camondo, Salomon Halfon rachète la part d’Anselme Halphen, décédé le 7 juillet 1890.