Soutenez les expositions

Vous pouvez soutenir une ou plusieurs expositions selon la thématique qui vous intéresse.

SOUTENEZ L’EXPOSITION Harper’s Bazaar

Musée des Arts Décoratifs, 2020

Associez votre l’image à cette véritable institution de la mode depuis 150 ans.

Blowing Kiss, Barbara Mullen, circa 1958
Photograpiée par Lillian Bassman
© DR

Le Musée des Arts Décoratifs présente à partir de février 2020 une grande rétrospective photographique consacrée au célèbre magazine de mode américain Harper’s Bazaar, en regard d’une sélection de pièces issues de nos collections de mode. Fondé en 1867, le Harper’s Bazaar a été le producteur de formes visuelles les plus emblématiques du XXe siècle, contribuant à faire éclore un nouveau mode de consommation de la mode. Plongez dans l’épopée de ce magazine mythique.


SOUTENEZ L’EXPOSITION Le dessin sans réserve

Musée des Arts Décoratifs, 2020

Découvrez en avant-première les chefs-d’œuvre de grands maîtres jamais exposés.

Jean Antoine Watteau, Couple de danseurs, d’après Rubens, vers 1714
© MAD Paris, Jean Tholance

Degas, Watteau, Fragonard, Boucher, Schiaparelli, Royère… Le Cabinet des Dessins du musée conserve une collection unique au monde, réunissant plus de 200 000 œuvres qui dressent un panorama très large de la création du XVIe siècle à nos jours, en Europe et dans le monde. Longtemps difficile d’accès, elle constitue un réservoir de découvertes extraordinaires, particulièrement inattendu en plein cœur de Paris. Une grande exposition célébrant ses chefs-d’œuvre aura lieu au printemps 2020 au Musée des Arts Décoratifs.


SOUTENEZ L’EXPOSITION Luxes

Musée des Arts Décoratifs, 2020

Le luxe, son histoire et ses multiples évocations depuis l’antiquité.

Armand-Albert Rateau, Paravent à dix feuilles Renards, vers 1921/1922
© MAD, Paris/ photo : Jean Tholance

Jamais période de l’histoire de l’humanité n’aura autant usé du mot de « luxe » que ces premières décennies du XXIe siècle. Il renvoie le plus souvent à une réalité matérielle, voire matérialiste : il est autant défini par ce qui le permet, l’argent, que par ce qu’il exclut, le sacré. Terreau de tous les paradoxes, le luxe serait l’ultime aspiration, ou tout ce qui ne peut être acheté. Et si, en 2019, le luxe s’essayait à revenir à ces essentiels qui ancrent l’humanité dans une réalité poétique et créatrice, mêlant liberté, transmission et savoir-faire ?